Les Echos – 30 juin 2016 :

Tempête boursière, turbulences politiques et incertitudes sont le lot du récent « Brexit ». La Reine et la Patrie sont sauves, mais isolées. Le prix de cette indépendance est incertain et impose au Gouvernement britannique de reconsidérer les tenants et aboutissants de sa souveraineté économique.

Albion, l’orgueilleuse

L’Europe est un projet global d’association d’États, dont l’objet n’a jamais été d’être une seule zone de libre-échange. Ce n’est ni l’esprit ni la lettre des traités. Le projet européen n’avait pas le même sens de chaque côté de la Manche. Le « Brexit » clarifie les trajectoires. À bien des égards, il apparaît comme un piège épineux pour le Gouvernement britannique. Avant le vote, la souveraineté économique britannique a été discutée à Bruxelles en position de force : le nationalisme persévérant du UKIP a aidé David Cameron à alimenter la peur européenne de perdre une grande économie.

Mais, la réalisation du « Brexit » est un renversement stratégique irréversible : l’intérêt politique et économique de l’Union européenne est de proscrire l’effet domino et de démarrer rapidement la phase de transition de deux ans. Londres n’emmène aucun autre pays dans sa sortie. C’est une aventure politique et économique solitaire, qui place les Britanniques en position de faiblesse face à des Européens pressés d’agir avant les échéances électorales de 2017 en France et en Allemagne. Cet isolement politique est le premier coût de ce « Brexit ».

Albion, l’esseulée

L’Union européenne propose un modèle économique qui se fonde sur des abandons de souveraineté étatiques au bénéfice d’une souveraineté économique collective. Doté d’un marché unique et partiellement d’une monnaie unique, le dispositif assure le fonctionnement de l’économie de ses membres. L’Union européenne est un succès économique, certes contestée dans le contexte des crises actuelles, mais il demeure que structurellement ce modèle assure une sécurité économique aux entreprises, aux consommateurs et aux États membres.

Cette sécurité est perdue pour le Royaume-Uni. Dans l’incertitude actuelle les Britanniques seraient bien inspirés de sécuriser leurs échanges, à la fois avec les non-membres de l’Union européenne et avec les États-Unis. Réussir ce double mouvement diplomatique assurerait une position plus forte dans les négociations à venir avec Bruxelles. Mais, ce rééquilibrage stratégique nécessiterait l’aval de Washington et indirectement de Bruxelles.

En effet, le grand projet diplomatique du moment est celui du marché transatlantique (Transatlantic Trade and Investment Partnership – TTIP), qui repose sur le marché unique européen. Une exception britannique s’impose de facto dans cette négociation complexe et contestée, dont l’échec n’est pas à exclure. Les options diplomatiques sont floues pour Londres et l’isolement économique menace Sa Majesté.

Albion, l’imprudente

Les résultats du scrutin sont clairs : Angleterre et Pays de Galles ont choisi le « Brexit », tandis que l’Écosse et l’Irlande du Nord ont préféré le « Bremain ». À peine sortie d’un referendum d’indépendance, les Écossais ont matière à réflexion : choisir l’Union Jack ne signifiait pas rejeter l’Union européenne. La géopolitique a changé et un royaume désuni menace Sa Majesté. L’autre risque qui émerge est celui de la perte d’influence dans les services financiers.

Le sujet est sensible pour une économie aussi financiarisée que celle du Royaume-Uni. La City of London ne sera plus la capitale financière de l’Europe. Francfort, Luxembourg et Paris sont en embuscade. Cet enjeu de sécurité économique n’a pas été perçu par les électeurs. Une imprudence. Considéré comme un pays tiers, le Royaume-Uni ne pourra plus bénéficier de l’accès aux marchés financiers comme les autres États membres. Les relocalisations sur le continent s’annoncent inévitables. Le malheur des uns fera le bonheur des autres…

Par Pierre Theobald, Consultant Senior chez Vertuo Conseil

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s