0

L’Union des marchés de capitaux n’a pas le vent en poupe

Les Echos – 22 juillet 2016 :

La sortie de l’Union européenne du Royaume-Uni, acteur très influençant au sein de l’Europe en raison notamment de sa place financière dominante à la City, remet en question le projet d’Union des marchés de Capitaux (UMC), dont le porteur et ancien commissaire européen aux Services financiers, Jonathan Hill a donné sa démission en juin dernier.

Le projet, adopté à l’automne dernier, s’inscrit dans une démarche de déréglementation financière et affiche un objectif ferme : relancer la croissance et les créations d’emplois en manque de dynamisme depuis la dernière crise financière.

Pour atteindre ce but, la commission européenne prévoit de renforcer l’intégration financière et de favoriser l’investissement ainsi que la libre circulation des capitaux en formant un marché unique en Europe. Plus concrètement, par extension à l’Union bancaire européenne, il s’agit principalement de permettre aux PME de se financer par des canaux non bancaires et de relancer la titrisation dans un cadre européen réglementé et uniforme.

0

Les social media au cœur de la mutation des modèles B2B des acteurs du marché financier

Les Echos – 21 juillet 2016 :

À l’heure où le mobile et le web suggèrent une dimension sociale incontournable, les « social media » ou les « réseaux sociaux », apparaissent essentiels dans la mutation des « business model » des entreprises. Statuts, photos, vidéos, liens, géolocalisations…

L’opportunité de développer une image de marque moderne et l’eldorado des données que supposent les « social media » sont les raisons majeures de cet engouement. C’est l’inévitable challenge des acteurs financiers : s’adapter à l’instantanéité et à l’originalité éditoriale qu’imposent les « social media ».

C’est notamment le pari risqué qu’ont choisi les astes managers. Un exemple, l’essor de la communication autour de l’Investissement Socialement Responsable (ISR), est utilisé comme axe clé, avec certes l’objectif de toucher un public soucieux de l’environnement, mais surtout plus large que la cible principale : les investisseurs.

0

Nouvelles menaces, nouvelles technologies : la fin annoncée du PCA traditionnel ?

Les Echos – 13 juillet 2016 :

Motivées par des réglementations internationales, recommandations nationales ou initiatives propres à la suite d’une crise, de nombreuses organisations sont aujourd’hui dotées d’un Plan de Continuité d’Activité (PCA). C’est notamment le cas des opérateurs d’importance vitale, grands groupes et banques, qui dédient à cette tâche des ressources humaines et financières spécifiques.

Ces entités sont-elles pour autant parées à affronter les crises – raisonnablement probables – qui les menacent ? Peuvent-elles affirmer être organisées de façon à assurer leur résilience ? Qu’elles le sachent ou se le cachent, la réponse est presque toujours négative.

0

Interfaces utilisateurs et expérience client : l’humain doit être partout

Le Journal du Net – 13 juillet 2016 :

Dans une société qui valorise l’individu plus que le groupe, où la félicité au quotidien devient centrale, il n’est pas étonnant que la stratégie des entreprises tende à se focaliser sur le bien-être et le ressenti de ses clients, en magasin comme en ligne.

Sur les interfaces digitales, l’expérience utilisateur (UX) et l’Interface utilisateur (UI) sont des concepts maintenant adoptés par les annonceurs du secteur. Mises au service des émotions, ces deux notions combinées ne seraient-elles pas des clés permettant d’atteindre un niveau supérieur de satisfaction, en support à l’identité de marque déjà en place ?

1

Le Chief Data Officer va-t-il prendre le pouvoir dans les banques ?

Xerfi canal TV a reçu Maïa Grangier, project manager chez VERTUO conseil, membre de Square pour parler d’une fonction qui devient hautement stratégique dans les entreprise dans un contexte d’essor de la donnée : le Chief data officer, en évoquant plus spécifiquement son rôle dans les banques.

Une interview menée par Thibault Lieurade.

1

Les back offices des banques face à de nouveaux enjeux

L’activité bancaire est une des premières à avoir inventé une forme de dématérialisation par l’utilisation du papier comme mode de paiement dès le VIIème siècle. L’emploi d’effets de commerce permettait de sécuriser et de simplifier le paiement à des bénéficiaires éloignés géographiquement. Certains de ces moyens de paiement sont d’ailleurs toujours utilisés de nos jours. Les établissements bancaires n’ont cessé de dématérialiser leur activité depuis lors. La carte bancaire ou le paiement en ligne sont des exemples de notre quotidien qui illustrent cette dynamique.

Aujourd’hui, le développement des technologies digitales entraîne des changements importants dans le secteur bancaire et donne lieu à la mise en place de nouvelles formes de numérisation. Dans ce contexte, où les systèmes informatiques jouent une nouvelle fois un rôle clé, les outils utilisés par les back-offices bancaires doivent répondre à de nouveaux enjeux…

0

Les banques ont-elles raté le virage du digital ?

Le Journal du Net – 4 juillet 2016 :

Le secteur bancaire, qui a connu plusieurs crises au cours de ces dernières années et subi de nombreuses transformations, ne sera pas épargné par la révolution digitale qui devrait l’inciter à repenser son modèle.

L’éclosion du digital dans le domaine bancaire résulte d’un mécontentement de la société dans son ensemble, qui a amené un changement profond des mentalités.

Depuis la crise des subprimes de 2008, la méfiance du grand public et des clients à l’égard des banques n’a cessé de croître, et les scandales successifs dans la finance n’ont rien arrangé. Cette défiance s’est traduite par une crise de confiance sévère et pour la première fois par le fait que la société a commencé à envisager un monde financier sans banques… « We need banking, not banks », commentait Bill Gates.

0

Les nouveaux jeux de pouvoirs politiques et financiers aux lendemains du Brexit

Les Echos : le 30 juin 2016 :

Après des siècles passés à unifier les pays composant le Royaume-Uni, et des siècles passés à former des alliances politiques, commerciales et financières avec ses voisins directs, jusqu’à intégrer l’Union européenne (UE), une part du Royaume-Uni (Angleterre et Pays de Galles) vient de décider de tourner la page.

Mais alors que le référendum est à peine sorti, et que les cendres de l’UE sont encore chaudes, de nouveaux accords commerciaux, économiques et financiers s’organisent déjà, pour prendre le pouvoir qui sera laissé derrière. Comment peuvent se décliner ces nouveaux jeux de pouvoir ?

0

Savoir sacrifier un projet innovant (auquel on croit !)

Xerfi Canal TV a reçu Audrey Dhellemmes, project manager chez Viatys conseil pour évoquer notamment une situation qui peut apparaître comme un crève-cœur dans les entreprises : arrêter un projet innovant, et ce  même si on a toutes les raisons d’y croire et qu’on y est attaché.

Une interview menée par Thibault Lieurade.