À quelques jours seulement du scrutin, la pression monte pour les deux candidats à l’élection présidentielle aux Etats-Unis. La victoire de la démocrate, qui apparaissait comme une évidence à l’issue des trois débats présidentiels aux cours desquels Donald Trump a réalisé de piètres performances, ne l’est plus depuis que le FBI a annoncé la réouverture du dossier des emails accablant potentiellement Hilary Clinton.

Les marchés financiers sont en ébullition et leur évolution semble être dictée par la campagne présidentielle. Les investisseurs craignent une victoire surprise du milliardaire au scrutin du 8 novembre à l’instar du BREXIT. En effet, les analystes financiers ne prédisent pas de grands mouvements sur les marchés dans l’éventualité d’une victoire de la démocrate Hilary Clinton. Ils estiment que les prix de marché intègrent déjà cette information. A l’inverse, une victoire de l’homme d’affaires entrainerait un véritable séisme sur les marchés.

La grande victime dans cette campagne, c’est incontestablement la devise mexicaine : le peso mexicain (MXN). Cette dernière est considérée comme le plus fidèle « proxy » de l’évolution de la campagne présidentielle américaine et ses mouvements reflètent l’anxiété des investisseurs face à une potentielle victoire de Trump. Le peso mexicain a fluctué durant ces derniers mois au rythme de la campagne présidentielle aux Etats-Unis, se dépréciant face au Dollar américain lorsque les sondages étaient favorables à une victoire de Trump au scrutin du 8 novembre, et s’appréciant lorsque l’ex-secrétaire d’Etat Hilary Clinton prenait l’avantage sur son adversaire.

A ce stade, il est évident qu’une victoire de Trump au scrutin du 8 novembre serait fatale pour le Mexique dont l’économie repose en grande partie sur les échanges avec les Etats-Unis. Donald Trump a, durant toute sa campagne, dénoncé une politique d’immigration désastreuse et promet la construction d’un mur à la frontière mexicaine.

De plus, fort de son succès dans le monde des affaires, le milliardaire remet en question les accords de libre-échange nord-américains (NAFTA – « North American Free Trade Agreement ») signé en 1994 par les Etats-Unis avec le Canada et le Mexique. Selon lui, ces accords ne sont pas dans l’intérêt des Etats-Unis. Plusieurs emplois sont perdus et les investisseurs désertent constamment le territoire américain au profit de leur voisin le Mexique. Il propose donc une ferme renégociation des traités afin de retenir ces investisseurs sur le sol américain et créer des emplois.

Ainsi le peso mexicain n’a cessé de perdre de sa valeur atteignant son niveau le plus bas le 26 septembre, face au Dollar américain, à 19,89 le dollar US. Celui-ci, à l’instar des grands indices du marché américain, reprit des couleurs après les 3 débats présidentiels gagnant près de 2% face au dollar US ; comme pour déclarer la démocrate victorieuse. Les résultats des derniers sondages, après la réouverture du dossier des emails par le FBI, ont plombé la performance du peso mexicain. Il perd 1,2 % dans la journée, pour s’établir à 19,09 le Dollar US.

Une autre victime du phénomène Trump est la devise canadienne, le Dollar canadien (CAD). Rappelons que le NAFTA concerne également le Canada, et une renégociation des traités pourraient avoir d’importants impacts sur les exportations canadiennes vers le territoire américain.

A côté des Forex, les indices actions ne sont pas épargnés également. Le S&P 500 a chuté de 1% suite à l’annonce du FBI vendredi dernier. Il enregistre une baisse de 13,73 points (à 2 097,94 USD) à la clôture du 2 novembre, soit sept jours de baisses consécutives. Le Nasdaq a, quant à lui, perdu 48,01 points (à 5 105,57 USD) à la clôture du 2 novembre. Le Dow Jones Industrial Average ne fait pas mieux et réalise une performance de – 0,43% (0 17 959,64 USD) à la clôture du 2 novembre, soit une baisse de 77,46 points. Le resserrement de l’écart entre les deux opposants plombe également les performances des indices européens à la clôture du 2 novembre. Le DAX perd 155,23 points et s’établit à 10 370,93 ; le CAC 40 réalise, quant à lui, une performance de -1,24 %, soit une baisse de 55,61 points ; et enfin l’indice britannique, le FTSE 100, clôture à 6845,42 avec une performance de – 1,04% (perte de 71,72 points).

Selon Sam Stovall, Chief Investment Strategist à CFRA Research, la baisse globale enregistrée par l’indice S&P 500, sur les trois derniers mois, prédit une victoire de l’opposition. De plus, nombre d’experts s’accordent à dire que la tendance baissière sur le marché des actions annonce une victoire de Trump. Ils craignent ainsi la panique générale accompagnée d’importants mouvements de ventes provoquant l’effondrement des marchés.

Dans cette attente, les intervenants du marché jouent la prudence. Une victoire de la démocrate aura tendance à avoir un effet positif sur les marchés. Cependant, Il est difficile, à ce stade, de prédire avec certitude l’ampleur des dégâts d’une victoire Trump sur les marchés financiers.

Par Souleymane Djibo consultant du cabinet ADWAY

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s