La Tribune – 23 décembre 2016 :

« Une seule étincelle peut allumer un feu de prairie » cette citation de Mao Zedong illustre ce que vit actuellement la Chine. Pays le plus peuplé au monde avec 1.3 milliards d’habitants, elle impressionne par son histoire, mais également par le dynamisme de son marché économique. Croissance à 7%, PIB de +8% entre 2015 et 2016 , les enjeux de la transformation économique et digitale du pays sont cruciaux et peuvent servir de modèle pour les pays occidentaux. Quelles sont les enjeux majeurs de la transformation digitale en Chine ? Comment s’inspirer des grandes tendances ?

Internet plus et silicon valley pékinoise: une stratégie digitale sous contrôle

En matière de digital, la Chine n’a rien à envier aux pays occidentaux. Lancé par le gouvernement chinois en mars 2015, le programme Internet Plus mise sur l’accélération de la digitalisation de l’économie au travers d’éléments clefs : objets connectés, big data, e-commerce, digitalisation de la finance. Cette volonté politique a permis aux acteurs chinois de se développer et de monopoliser un marché prometteur. Les 3 fournisseurs internet du pays, China Telecom, China Unicom et China Mobile se sont associés à la stratégie gouvernementale en opérant une baisse des prix. Objectif : augmenter de 30 % l’accès à Internet dans le pays. Car avec un marché pouvant compter sur 668 millions d’internautes contre 280 millions aux Etats-Unis, les enjeux sont cruciaux. Il s’agit de fidéliser les consommateurs et d’innover en proposant des services nouveaux.

Les villes chinoises se digitalisent, et Pékin est en passe de devenir la Silicon Valley de l’Empire du Milieu. Le quartier de Zhongguancun regroupe les leaders de l’économie numérique chinoise. Symbole fort, Baidu homologue de Google y tient son siège. Le quartier abrite également le Haidian Park regroupant 40 incubateurs et 600 start-ups. Au total plus de 12 000 entreprises du secteur y sont installées. Citons également Shanghai pour son dynamisme dans le secteur de la finance, ou encore Hangzhou où se trouve le siège d’AliBaba, géant du e-commerce. On passe ainsi des GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple) mondialement connus, aux BAT (Baidu, Alibaba, Tencent), Pure Players chinois pouvant compter sur le soutien de l’Etat et sur le dynamisme du marché.

Le paysage chinois est donc structuré par une volonté forte de l’Etat d’accélérer la digitalisation économique du pays et soutient les entreprises locales. C’est ainsi que Google a quitté le pays dès 2010. Reste à savoir quels sont les enjeux du secteur et comment s’y adapter.

(Source : Goldman Sachs, rapports annuels de l’entreprise, BNPP IP 2016)

Le paiement mobile au cœur de l’économie digitale chinoise

Avec une superficie de plus de 9 millions de km², il va sans dire que les enjeux liés à la mobilité en Chine sont plus que cruciaux. L’étendue du territoire, la forte présence du mobile, 90% de taux de pénétration et 1.3 milliard d’abonnés mobile, nous font penser que le paiement mobile est la clef du développement économique des prochaines années en Chine. Avec un taux de croissance annuel de 65 %, le nombre de paiement par mobile a ainsi atteint 358 millions de dollars fin 2015.

L’application WeChat et ses 650 millions d’utilisateurs, est emblématique :

– Initialement messagerie instantanée, l’application a diversifié son activité au point de devenir incontournable dans la vie des consommateurs : placements financiers, réservation de taxi, bitcoins, paiement en ligne… Application tout-en-un, WeChat propose aux start-up chinoises de commercialiser leurs produits directement sur son application. L’objectif ? Monopoliser le secteur et devancer la concurrence. La stratégie s’avère gagnante puisque 70% auprès des internautes chinois l’utilisent.

Le mobile reste donc le moyen principal permettant une interaction rapide avec le client, il permet aux acteurs du marché d’élargir leur cible et de toucher de nouveaux consommateurs. Notons également que la croissance du paiement en ligne signifie également l’arrivée en masse d’applications commerciales permettant de vendre le produit de son choix. : un marché somme toute, à saisir !

Des opportunités à saisir pour les entreprises franaçises: e-santé, culture & tech

Qu’en est-il des acteurs français ?

La Chine reste un univers fort concurrentiel mais dans lequel les start-ups de la FrenchTech pourraient faire la différence : on pense ainsi à des emblèmes culturels nationaux: gastronomie, culture, tourisme, tout reste à faire.

Certains français l’ont compris, My Red Castle, start-up crée par deux jeunes bordelais propose ainsi aux clients chinois de louer une parcelle de vigne bordelaise. Des visites virtuelles sont également prévues pour une meilleure immersion du client.

Les grands Groupes ne sont pas en reste, on peut citer Axa qui multiplie les initiatives :

– Présence du Axa Lab en Asie où le groupe a déjà rencontré plus de 4500 start-ups en 10 mois.

– La signature d’un partenariat stratégique avec Ali Baba permettant de faire la promotion de ses produits au travers de la Marketplace chinoise.

– Un partenariat avec The Carevoice, start-up assurant la gestion du parcours médical de la prise de rendez-vous à la mise en relation avec le service hospitalier chinois.

Le Groupe BNP Paribas s’est également implanté en Asie avec l’Atelier Shanghai qui accompagne l’activité des entrepreneurs français et développe les relations avec les acteurs de l’économie digitale chinoise.

Quels sont les secteurs d’avenir où investir ?

Avec une population senior (plus de 60 ans) estimée à 15%, l’e-santé pourraient être une formidable porte d’entrée vers le marché chinois. En 2015, 152 millions de chinois ont eu recours à des services de soins en ligne. La politique réglementaire semble s’assouplir et reste favorable à l’arrivée de nouveaux acteurs. 9 milliards de dollars ont été injectés par le gouvernement afin de favoriser l’émergence du secteur au vu des enjeux sociétaux liés. Les acteurs chinois sont déjà dans la course : Baidu propose des services médicaux en ligne et Ali Baba, la vente de médicaments. Reste à se positionner pour les acteurs français.

Le digital propose donc de formidables opportunités. L’arrivée massive des objets connectés, de la réalité virtuelle et augmentée va également ouvrir des pistes nombreuses pour les entreprises souhaitant s’implanter dans l’économie digitale chinoise. Le champ des possible est ouvert, il s’agit désormais d’innover et de s’imposer sur un marché fortement régulé. Car reste à savoir si les enjeux réglementaires et politiques ne viendront pas troubler le développement d’un secteur porteur.

Par Fatima Tamlilti, Consultante Change & Digital du cabinet VIATYS conseil

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s