Le Royaume-Uni devrait initier prochainement les négociations de ses modalités de sortie de l’Union Européenne. La chef de l’état britannique a annoncé qu’elle souhaitait débuter le processus de sortie fin mars 2017.

Cette actualité et ses conséquences négatives sur l’image de l’UE feraient presque oublier que la construction européenne se poursuit au travers d’un élargissement potentiel.

En effet, à l’heure des négociations de sortie britanniques, 6 pays sont toujours officiellement candidats à l’entrée dans l’UE. Si l’Albanie, la Bosnie-Herzégovine, et la Macédoine n’ont pas commencé les négociations, la Turquie, le Monténégro et la Serbie négocient leurs conditions d’entrée depuis respectivement 2005, 2012 et 2014.

Depuis sa création, la construction européenne repose sur des élargissements successifs qui augmentent de façon régulière le nombre d’états-membres jusqu’au nombre actuel de 28 (passant à 27 d’ici 2019 avec le Brexit).

Dans la logique des pères de l’Europe et du traité de Rome de 1957, la politique d’élargissement vise à assurer la paix, la démocratie et la prospérité sur l’ensemble continent européen par l’application des valeurs de l’UE (respect de la dignité humaine, liberté, démocratie, égalité, État de droit, respect des droits de l’homme) et l’établissement d’un marché intérieur et d’une union économique et monétaire.

Chaque processus d’adhésion d’un état à l’Union Européenne génère des subventions massives de l’UE. Les actuels candidats bénéficient, en effet, de 11.7 milliards d’Euros alloués par l’Union Européenne pour la période 2014-2020 au titre de l’instrument d’aide à la préadhésion (IPA).

Ces aides permettent de soutenir les réformes nécessaires des candidats pour aligner leurs systèmes politique, institutionnel, juridique, administratif et économique sur les standards de l’UE et créent en retour des opportunités d’affaires pour les entreprises européennes qui souhaitent se positionner sur ces marchés. Elles permettent de développer les échanges entre les pays membres de l’UE et les candidats bien avant l’adhésion effective ces derniers.

Dès le début 2017, plus de 18 millions d’Euros de marchés sur financements européens ont été attribués dans les pays candidats, bénéficiant principalement à des soumissionnaires issus des états-membres.

Répartition des attributions de marchés par nationalité du soumissionnaire sélectionné entre le 1er janvier et le 15 février 2017 sur financements de l’UE

Répartition des attributions de marchés par pays de réalisation des travaux services et livraison entre le 1er janvier et le 15 février 2017 sur financements de l’UE

Rappelons que les principaux pays clients de l’UE sont les états-membres eux-mêmes. Plus de 60% des importations de biens et services de l’UE sont issues de l’Union.

L’alignement des pays candidats financés par l’instrument de préadhésion permet de développer les échanges avec l’UE. Ceux-ci sont, en effet, facilités par la mise en place de normes basées sur les standards européens.

D’après Eurostat , le commerce intracommunautaire de biens est en augmentation constante depuis 2009. La plus forte augmentation sur cette période a été constatée en Irlande (+13.4%) et en Croatie (+12.3%), dernier pays ayant rejoint l’UE en 2013.

Le commerce intra-UE de biens représente environ 80% du commerce de total au Luxembourg, Estonie, en Hongrie, en République tchèque et en Slovaquie, pays entrés dans l’UE récemment (2004) à l’exception du Luxembourg.

Par ailleurs, les échanges entre l’UE et la Turquie, principal bénéficiaire de l’IPA, se sont intensifiés. En 2015, la Turquie est devenue le 4ème importateur de l’UE (4.4% des exportations de l’UE) dépassant la Russie, le Japon et la Norvège et le 7ème exportateur de l’UE (3.6% des importations de l’UE) devant le Japon.

Incontestablement, le processus d’élargissement est largement ralenti. En effet, Jean-Claude Juncker, président de la Commission Européenne jusqu’en 2019, a avisé qu’il n’y aurait pas d’élargissement sous son mandat. Il a annoncé souhaiter consolider l’acquis de l’Europe des 28, dont le nombre de pays a doublé entre 2004 et 2013 par les 3 dernières vagues d’élargissement. Par ailleurs, la majorité des eurodéputés du Parlement Européen a annoncé récemment, en novembre dernier, leur souhait de geler les négociations avec la Turquie en réponse aux évènements suivant la tentative de coup d’état de l’été 2016.

Cependant, le processus continue. Le Conseil de l’Union Européenne a réaffirmé, en décembre 2016, dans un contexte difficile, (après le référendum sur le brexit et après l’annonce des députés européens), son engagement en faveur de l’élargissement. Il a rappelé qu’il s’agit d’une politique essentielle de l’Union Européenne . Jean-Claude Juncker avait également précisé que s’il souhaitait ralentir le processus d’élargissement, les négociations avec les pays candidats continueraient, notamment avec les pays des Balkans occidentaux qui ont une perspective européenne.

Certes le poids de l’économie des pays candidats n’est pas comparable à celui de l’économie britannique, 5ème économie mondiale en 2015. Les impacts du brexit sur l’économie et la construction européennes seront probablement conséquents. Cependant, il est à noter que la sortie du Royaume Uni de l’UE ne remet pas en cause le processus d’élargissement, au cœur de la politique Européenne, en cours avec les pays candidats.

La construction européenne n’est pas morte, elle se transforme. L’enjeu sera double : négocier la sortie britannique tout en conservant des liens privilégiés avec Royaume-Uni et concrétiser l’intégration les Balkans occidentaux au sein de l’UE dans le respect des principes fondamentaux de l’Union.

Par Noémie Pegon Project Manager du cabinet VERTUO Conseil

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s