Jérémy Girard, co-fondateur de Fiduceo

Qu’est-ce que Fiduceo ?

Fiduceo est une fintech née de la fusion de 2 start-up : la première, que j’avais moi-même créée, proposait de l’agrégation de documents, et la seconde, créée par Pierre Villeroy de Galhau et David Godat, offrait un outil de gestion des finances à ses clients.

Nous avons réuni nos savoir-faire respectifs en 2012 pour créer Fiduceo. Notre ambition : simplifier la gestion administrative et financière des français. Fiduceo développait et fournissait des outils technologiques optimisant la relation bancaire en ligne tels que l’agrégation de comptes bancaires et de documents, la catégorisation automatique des dépenses, le coffre-fort numérique et le service d’alertes personnalisables.

Boursorama souhaitait proposer un espace bancaire unique et mobile en France par la richesse de ses fonctionnalités. C’est ainsi que nous avons commencé à travailler avec la Banque en 2014 et qu’en 2015, nous rejoignions le Groupe.

Aujourd’hui, ce sont 15 collaborateurs qui travaillent sur la solution au sein de Boursorama.

En quoi Fiduceo est une FinTech ?

Fiduceo est une start-up qui utilise la technologie pour repenser certains services financiers et bancaires. En cela, c’est une fintech.

Quel est votre produit ?

Comme je l’ai précisé précédemment, Fiduceo fournissait aux banques un système bancaire innovant, non-comptable, contenant 3 fonctionnalités : tout d’abord, la catégorisation automatique des opérations (reconnaissances des mouvements Carte Bleue), puis l’agrégation de comptes bancaires et l’agrégation de documents (factures, relevés d’impôts). Pour illustrer cette dernière fonctionnalité, prenons l’exemple d’une facture SFR, reliée automatiquement à la ligne d’opération bancaire « prélèvement SFR ». En un clic, le client peut visualiser sa facture SFR directement sur son Espace client bancaire.

Au-delà des services innovants et personnalisés proposés aux clients, ce système permet aussi au service marketing de disposer d’un outil flexible pour pouvoir sortir rapidement de nouvelles fonctionnalités à moindre coût par rapport aux systèmes bancaires plus rigides.

Après l’ajout d’un service de gestion de budget via un système d’alertes personnalisées, la dernière évolution de l’agrégation permet de réaliser des virements depuis des comptes bancaires externes sans quitter l’univers Boursorama. Pour mieux comprendre, vous prenez le cas d’un client qui a besoin de récupérer 500€ sur son compte Boursorama depuis son compte détenu dans une banque concurrente ; il peut initier ce virement directement depuis son Espace Client Boursorama.

En étant intégré à Boursorama, filiale de Société Générale, travaillez-vous aussi pour d’autres entités du Groupe ?

Nous travaillons effectivement avec certaines entités du groupe Société Générale. Crédit du Nord propose à ses clients le service d’agrégation de comptes bancaires depuis octobre 2016 et le réseau Société Générale l’a lancé en début de cette année. D’autres fonctionnalités sortiront prochainement.

Quelles sont les évolutions attendues de votre produit ?

Avec l’entrée en vigueur en 2018 de la seconde Directive sur les Services de Paiements (DSP2) et la libéralisation de l’accès aux données bancaires et aux opérations de paiement, de nombreuses évolutions sont à prévoir ! Nous avons d’ailleurs ouvert la voie en étant les premiers à permettre d’initier des mouvements entre les comptes !

L’émancipation de l’agrégation de comptes, le déclenchement de virements sans être une banque, le déclenchement des virements et opérations bancaires de tiers, etc., autant d’évolutions à valeur ajoutée pour le client.

Comment est composée la concurrence de votre solution ?

La concurrence est jusqu’à présent très limitée. En revanche, on peut penser qu’elle tendra à se développer, et notamment au-delà des frontières de l’Hexagone, avec la mise en application de la DSP2, .

Quels sont les déterminants du rapprochement récent avec Boursorama ?

Boursorama était l’un des premiers clients Fiduceo. Des liens étroits ont été noués entre les deux entreprises, plus particulièrement avec les équipes techniques web. En parallèle nous avions d’autres contrats avec d’autres banques.

Boursorama qui avait déjà cette volonté d’optimiser et innover en permanence l’expérience offerte à ses clients, nous a un jour approchés pour nous proposer d’acheter et d’intégrer Fiduceo… et nous avons accepté ! L’opération s’est finalisée en avril 2015. Depuis, Fiduceo n’existe plus en tant que telle.

Qu’est-ce que Boursorama vous a apporté ?

Le premier intérêt est la maitrise de bout en bout de l’expérience client.
En effet, un éditeur de logiciel n’a qu’une maitrise back office. Nous concevons un logiciel qui convient au plus grand nombre.

Aujourd’hui, nous travaillons sur un outil spécifique, dédié. Avoir la main sur l’expérience client permet d’innover, d’appréhender et d’adresser de meilleures solutions.
Le second intérêt est l’intégration dans le système d’information. Cela nous permet d’éviter des contraintes techniques et d’adapter la solution. Cela apporte une appréhension du métier de manière différente.

Comment les travaux de Fiduceo s’intègrent au sein de Boursorama ?

L’intégration des travaux s’est déroulée du passage d’une solution unique à une solution dédiée exclusivement à Boursorama.

Il est intéressant de se considérer comme un éditeur de logiciel au sein même de Boursorama.
Nous cultivons cette culture lorsque nous accueillons de nouveaux collaborateurs dans l’équipe afin de pérenniser cet état d’esprit libre et agile qui va de toutes façons dans le sens de la culture d’entreprise de Boursorama qui, à son origine, était aussi une start-up, la première à proposer du courtage sur minitel !

Le marché bancaire est en forte évolution ces dernières années (réglementations, digitalisation, automatisation…) ; comment voyez-vous votre activité dans 2-3-5 ans ?

A court terme, comme nous l’évoquons tout à l’heure, l’entrée en vigueur de la DSP2 va apporter son lot d’évolutions. L’enjeu est d’intégrer pleinement cette réglementation européenne en adaptant l’agrégation de comptes.

Ensuite, la digitalisation et l’automatisation croissantes modifieront sans doute et encore les nouveaux usages. Les prochaines solutions restent donc à créer et nous souhaitons que Boursorama devienne un point de passage pour toute opération sur comptes.

Interview réalisée par Frédéric Gérard, Consultant VERTUO conseil

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s