Depuis quelques jours les révélations s’accumulent sur l’affaire Cambridge Analytica. Cette société britannique est accusée d’avoir collecté sans leur consentement des données de 50 millions d’utilisateurs de Facebook au profit de la campagne de Donald Trump. Cette affaire a fait trébucher le cours de bourse de Facebook (-60 milliards de dollars en quelques jours) qui affichait la semaine dernière une valorisation de près de 540 milliards de dollars soit 50 milliards de plus que le PIB de la Belgique. Plus grave encore, ces révélations pourraient altérer durablement la confiance dont bénéficie le réseau social aux yeux de ses centaines de millions d’utilisateurs dans le monde.

Le RGPD (Règlement Général pour la Protection des Données) devrait permettre de limiter des scandales du type Cambridge Analytica. Ce règlement rentrera en application le 25 mai 2018 et concernera l’intégralité des pays de l’Union européenne. Son objectif est de protéger les données personnelles des citoyens européens. Par données personnelles on entend toute information permettant d’identifier directement ou indirectement un individu, le périmètre est donc relativement large : nom, prénom, numéro de téléphone, plaque d’immatriculation, adresses email.

Le RGPD ambitionne également de responsabiliser les entreprises car elles devront démontrer qu’elles ont tout mis en œuvre pour protéger les données de leurs clients et de leurs employés. Le RGPD s’appuie sur plusieurs principes :

  • La transparence : Chaque entreprise devra préciser le type de données qu’elle souhaite collecter, par quel moyen et la durée de détention de ces données.
  • Le consentement et les droits de chaque individu : Chaque individu devra donner un accord précis sur l’utilisation qui sera faite de ses données. L’utilisateur pourra avoir le droit d’accès à ses données, le droit de rectification mais aussi le droit d’opposition à un traitement s’il le souhaite, ce qui en l’espèce n’a pas été respecté par Facebook.
  • Les entreprises doivent être garantes de la sécurité des données personnelles et doivent donc renforcer leurs mesures de sécurité.

A moyen terme, nous pouvons espérer que le principe de transparence du RGPD puisse servir à l’identification, la localisation et la condamnation par la justice des utilisateurs qui diffusent des fake news et des incitations à la haine. Le RGPD est le premier acte fort de l’Union Européenne visant à limiter l’influence grandissante des GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) adeptes d’une autorégulation qui a montré ses limites.

Par Jonathan Corcos Project Manager du cabinet VIATYS

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.