La Ligue de football professionnelle (LFP) a créé un séisme dans le monde du football en écartant Canal plus diffuseur historique des matchs de Ligue 1 de football au profit de Mediapro une société espagnole détenue par un fond d’investissement chinois. Au total la LFP va engranger 1,153 milliard d’euros par saison, soit une augmentation de 60% du montant des droits télévisuels. Cette inflation des droits TV est la conséquence d’une meilleure attractivité de la Ligue 1 avec l’arrivée de joueurs ayant le statut de star mondiale tel que Neymar arrivé au Paris Saint Germain l’été dernier.

Une baisse significative du nombre d’abonnés

La situation de Canal plus et ses 5 millions d’abonnés se dégrade depuis plusieurs années car le groupe doit faire face à une forte concurrence, comme celle du géant Netflix. Les recettes publicitaires de Canal plus ont chuté passant de 159 millions d’euros à 16 millions d’euros depuis la suppression de la diffusion des principales émissions diffusées en clair et considérées comme la vitrine de la chaîne. La perte de plus d’un million d’abonnés en 5 ans a conduit le groupe à engager une stratégie de baisse des prix de l’abonnement de 40 euros à 20 euros par mois. Canal plus va également proposer une offre adressée aux jeunes de moins de 26 ans à 10 euros par mois pour attirer de nouveaux abonnés jusque-là attirés par l’offre de Netflix.

Un modèle à réinventer

Depuis plus de 30 ans une grande partie de l’argent généré par Canal plus grâce au foot était réinvestie dans le cinéma français à hauteur de 12,5% du chiffre d’affaires du groupe soit 160 millions d’euros.
L’enjeu de la nouvelle attribution des droits de diffusion des matchs de Ligue 1 dépasse donc le cadre footballistique. Canal plus à travers sa participation financière contribue activement à la fameuse exception culturelle française visant à protéger du libre échange la création artistique dans le théâtre et le cinéma français.

Maxime Saada le président du directoire du groupe Canal + tente de rassurer les abonnés en remettant en question la solidité de l’offre de Mediapro. Cependant la question de la viabilité du modèle économique de Canal plus et de l’ensemble des grands acteurs de l’audiovisuel français est posée : Comment réussir à contrarier aujourd’hui la domination de Netflix et de ses 109 millions d’abonnés dans le monde et demain l’expansion du géant Amazon et ses 760 milliards de dollars de capitalisation boursière ? La création d’un Netflix européen proposée par la présidente de France Télévision Delphine Ernotte n’est pas à l’ordre du jour.

Par Jonathan Corcos Project Manager du cabinet VIATYS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.