0 comments on “Continuing Professional Development in the Banking Industry”

Continuing Professional Development in the Banking Industry

AGEFI Luxembourg – Mars 2019 :

In the banking industry continuing professional development is of great value as it ensures you to stay competent in your profession. It is an ongoing process and continues throughout a professional’s career. The desired result of well-planned continuing professional development is that it optimizes the employer, the employee and his or her career.

Why is Continuing Professional Development (CPD) so important?

CPD is both important for:
Organisations as it encourages a healthy learning culture where the employees feel fulfilled and effort is made to retain these valuable resources; Individuals as it helps to become more effective professionals. With the aid of training and learning these individuals will become more confident and it will increase their capability and compliment their career ambitions. Moreover;
• Continuing professional development guarantees you to keep pace with other peers in the banking world;
• CPD ensures you to keep and improve the knowledge and skills that you need to deliver a professional service to your clients;
• Continuing professional development will help to keep your knowledge up to date: you are more aware of changing trends in your banking profession; nowadays the pace of change is faster than ever, so do not stand still as you will be left behind with outdated knowledge and skills;
• CPD also enhances team spirit: you become more effective in the workplace, moreover it will assist you in advancing in your career and move into new positions in which you can lead, manage, influence, coach and mentor others.
• CPD broadens your set of interests; experience is a great mentor, but it does not mean that you keep doing what we you before, with a more focused CPD, new possibilities, new knowledge and new skill areas are opened;
• CPD will also help to advance the core knowledge within banking;
• Last but not least CPD can also lead to increased public confidence in banking professionals and their profession as a whole.

0 comments on “L’économie, un sport de combat, d’endurance, ou collectif ?”

L’économie, un sport de combat, d’endurance, ou collectif ?

Les Echos – 27 mars 2019 :

Lorsque l’économie fonctionne mal, on juge parfois nécessaire de « doper » certaines de ses composantes afin d’en améliorer l’efficacité. Coup à coup, les États boostent le pouvoir d’achat, optimisent les dépenses publiques et modulent leurs impôts, avec en ligne de mire la croissance.

D’aucuns diraient qu’il en va de même dans de nombreuses compétitions sportives où il est devenu difficile de gagner sans se doper. Or le sport et l’économie ont en partage un indicateur : la performance. Les méthodes pour l’atteindre sont-elles condamnées à générer des abus ? Le cas échéant, quels autres indicateurs plébisciter ?

Imposition

Pour agir sur l’économie, les États ont recours à différents mécanismes. La course aux meilleurs taux d’imposition par exemple, est aujourd’hui un élément fondamental pour attirer et favoriser les investissements dans un pays. Cependant, nous pouvons déjà en voir les effets néfastes, puisque la concurrence fiscale est à l’origine des nombreux scandales « d’optimisation » qui font parfaitement le jeu des entreprises technologiques telles que les GAFAM. Un simple jeu d’écriture permettant de transférer les bénéfices d’une société vers une autre située dans un État moins gourmand. C’est pourquoi l’idée d’un prélèvement uniforme fait son chemin en Europe, bien difficilement.

0 comments on “Brexit : Préoccupation de taille pour les chambres de compensation”

Brexit : Préoccupation de taille pour les chambres de compensation

Economie Matin – 19 mars 2019 :

Le 24 juin 2016, toutes les places boursières clôturent en baisse : -8,04% à Paris, -12,35% à Madrid, -12,48% à Milan, -3,39% à New York et -2,76% à Londres. Le Brexit venait d’être réclamé par son peuple. C’est la première fois qu’un pays membre décide de quitter l’UE. Pratiquement un an plus tard, le 29 mars 2017, Theresa May active l’article 50 du traité de l’Union Européenne se laissant ainsi 2 ans pour mettre fin au partenariat. Le Brexit a désormais une date : le 29 mars 2019.

Les impacts sont larges : si Bruxelles doit renégocier ses accords avec le Royaume-Uni, la bataille a aussi lieu du côté des chambres de compensation.

Préoccupation de taille pour les chambres de compensation

La London Clearing House (LCH Limited), chambre de compensation anglaise qui jouit d’un quasi-monopole sur l’activité de compensation des produits dérivés en Euro, en serait fortement impactée.

En effet, le retrait du Royaume-Uni de l’Union Européenne impliquerait un retrait de l’autorisation accordée par Bruxelles dans le cadre de la réglementation EMIR. De facto, les banques européennes ne pourront plus y compenser leurs instruments financiers en Euro.

0 comments on “Le nouveau business des micro-influenceurs”

Le nouveau business des micro-influenceurs

Stratégie – 18 mars 2019 :

Face à la remise en cause de la publicité traditionnelle par les consommateurs, les marques sont de plus en plus nombreuses à se tourner vers le marketing d’influence. Avec plus de 3 milliards d’utilisateurs actifs sur les réseaux sociaux au niveau mondial, les micro-influenceurs sont un levier de communication à ne pas négliger.

Le marketing d’influence, qui vise à utiliser le potentiel de recommandation des influenceurs, s’impose aujourd’hui comme incontournable dans les stratégies de communication des marques. En effet, de nombreux investissements ont été réalisés en marketing d’influence, avec un budget en constante augmentation : en 2018, 52% des marques ont augmenté leur budget d’influence marketing par rapport à 2017, et 74% prévoient une augmentation pour 2019. Toutefois, le phénomène se répète et les consommateurs tendent à saturer des actions de marketing d’influence, à l’instar du marketing traditionnel. Les raisons ? Une multiplication des posts sponsorisés, un agacement des internautes face aux publications trop similaires des internautes sur les réseaux comme Instagram, qu’ils souhaiteraient par ailleurs plus encadrés afin de renforcer la transparence des influenceurs sur le sujet.

0 comments on “L’essor des néobanques, une porte ouverte au blanchiment d’argent ?”

L’essor des néobanques, une porte ouverte au blanchiment d’argent ?

CBanque – 15 mars 2019 :

Le succès des néobanques ne va pas sans poser des questions, et notamment celle de la sécurisation des ouvertures de compte, moins poussée que dans une banque traditionnelle. Ces nouveaux acteurs sont-ils le cheval de Troie du blanchiment d’argent ?

Fin 2018, le régulateur financier allemand s’alarmait de la défaillance dans le processus d’authentification des clients de la néo-banque allemande N26. Des comptes avaient pu être ouverts au moyen de faux documents d’identité et ainsi favoriser le blanchiment d’argent.

Apparues majoritairement au cours de ces dix dernières années, les néobanques représentent un moyen simple, rapide et peu onéreux d’ouvrir un compte bancaire. Il s’agit d’une nouvelle génération de banques, dont le modèle s’appuie sur la technologie des smartphones et tablettes pour répondre à un besoin des consommateurs. L’objectif est simple : permettre à un particulier ou à un professionnel d’ouvrir un compte bancaire en quelques minutes seulement, sans conditions de revenus ou de dépôt à l’ouverture. Ce modèle ne cesse de séduire de nouveaux consommateurs.

0 comments on “Qu’est-ce qu’on attend pour miser sur les femmes ?”

Qu’est-ce qu’on attend pour miser sur les femmes ?

Journal du Net – 11 mars 2019 :

La journée internationale des femmes, célébrée le 8 mars dans le monde entier est l’occasion d’un bilan sur la place de la femme dans la société. Officialisée par les Nations Unies en 1977, cette Journée tire ses origines des luttes des ouvrières et suffragettes au début du XXe siècle, pour de meilleures conditions de travail et le droit de vote. Les revendications des femmes ont évolué mais sont toujours d’une importance cruciale pour faire évoluer les sociétés.

Cette année, la thématique choisie par l’ONU Femmes est : « Penser équitablement, bâtir intelligemment, innover pour le changement ». Il y aurait beaucoup à dire sur cette thématique, arrêtons-nous un instant sur le versant : « Innover pour le changement ». Les équipes de management aux profils variés et complémentaires seraient plus innovantes, plus créatives et plus adaptées à la complexité du monde économique, c’est sur ce postulat d’ailleurs que les équipes agiles fonctionnent. L’intelligence collective, si à la mode, a maintenant toute sa place dans l’entreprise. Certains auteurs, notamment Emile Servan-Schreiber, ont même constaté qu’il existait une corrélation entre la part de femmes au sein d’un groupe de travail et l’intelligence collective de l’équipe.