Le Nouvel Eurocroissance : l’avenir de l’assurance-vie ?

Riskassur – le 29 avril 2020 :

14,9% au troisième trimestre 2019 ? C’est le taux d’épargne des Français, l’un des plus élevés d’Europe. Parmi les produits d’épargne les plus plébiscités, l’assurance-vie reste le placement favori des Français avec 145 mds€ de cotisations versées en 2019, dont 73% sur les fonds Euros, offrant aux épargnants une garantie en capital. Pourtant, les rendements sur les fonds Euros s’érodent depuis des années : avec des rendements nets annuels passés de plus de 3% en 2011 à 1,8% en 2018, les fonds Euros sont de moins en moins attractifs.

Autrefois vache à lait des assureurs, l’assurance-vie en Euros représente aujourd’hui un coût pour ces mêmes assureurs. Ces fonds Euros sont investis majoritairement dans des obligations d’État qui ne rapportent plus autant qu’avant et ils doivent garantir aux assurés le capital, ce qui a un coût sur leur ratio de solvabilité.

Certains assureurs ont pris des mesures pour limiter les investissements sur les fonds Euros : hausse de frais d’entrée pour limiter l’accès à ces fonds, fin de l’exonération des anciens contrats ouverts avant 1983, incitations aux épargnants à investir sur des unités de compte (UC) plus risquées mais avec potentiellement plus de rendements, etc. Dans cet environnement des taux négatifs qui perdurent, certains assureurs limitent même les investissements sur le fonds Euros lors du versement de nouvelles cotisations.

Cette stratégie visant à inciter les Français à investir plus fortement en unités de comptes est aujourd’hui fortement « percutée » par la pandémie du Covid-19 et, plus précisément par son impact sur les marchés financiers. Il apparaît évident que, dans ce contexte, les épargnants vont très certainement vouloir sécuriser leurs placements.

Comment allier rentabilité et sécurité ? Entre les perspectives de rendement peu encourageantes des fonds Euros et les risques de pertes en capital sur les unités de compte, le futur de l’assurance-vie ne serait-il pas dans le nouvel Eurocroissance ?

L’Eurocroissance, un premier fonds qui n’avait pas fonctionné…

Créé en 2014, le premier fonds Eurocroissance était disponible dans un contrat d’assurance-vie. Il proposait, comme pour le fonds Euros, une garantie en capital, mais uniquement au terme d’une période d’au moins huit ans. Il était constitué d’une partie exprimée en Fonds euros et d’une autre exprimée en parts de provision de diversification. Cependant, le rendement annuel était propre à chaque contrat et n’était pas unifié pour tous les souscripteurs. Le produit trop complexe et manquant de transparence pour les assurés n’a pas fonctionné. Il n’a pas été compris et a été peu distribué : ce fut un échec commercial.

… et qui s’annonce pourtant dans une nouvelle version comme un support miracle…

Pour faire face aux taux bas, et promouvoir l’économie réelle, le gouvernement a créé, avec la loi PACTE, une nouvelle version de ce fonds. Il souhaite multiplier par dix le montant de l’encours sur le fonds Eurocroissance à l’horizon fin 2022 pour atteindre les 20 milliards d’euros. Qu’a-t-il prévu pour augmenter l’attractivité de l’Eurocroissance ? Un choc de simplification tout en conservant les garanties du produit :

  • Simplification et harmonisation des règles

Contrairement à la première version où le rendement annualisé global du fonds était propre à chaque contrat, le taux de rendement est ici unifié pour tous les épargnants. À dates de souscription différentes, le rendement est dorénavant le même : un véritable plus pour les épargnants pour qui l’Eurocroissance devient plus clair !

  • Transparence pour davantage de lisibilité

L’intégralité de la valeur de rachat avant l’échéance est constituée par la provision de diversification. De plus, les garanties à l’échéance, en capital ou en rente, sont exprimées en parts de provisions de diversifications. L’assuré peut mieux suivre le rendement du fonds, et comparer plus facilement sa performance avec les autres fonds du marché grâce à la connaissance du nombre de parts et de leur valeur liquidative. L’assureur a également un devoir de transparence accru sur les rendements des fonds Eurocroissance vis-à-vis des souscripteurs et assurés.

… pour diversifier l’assurance-vie et inciter les épargnants à prendre davantage de risque sur des horizons d’investissement plus longs.

Étant donné que durant la période avant le terme, la valeur de rachat est la valeur de marché des parts, l’assureur pourra investir dans des actifs moins liquides, plus diversifiés comme par exemple le « private equity ». Le fonds pourra être associé à une gestion plus dynamique, placé plus largement sur les marchés boursiers, et ainsi avoir un rendement potentiel plus attractif que les fonds Euros, tout en conservant une sécurité sur le capital à l’échéance, assurée grâce à la provision pour garantie à terme que l’assureur doit constituer en cas d’insuffisance d’actif pour couvrir les garanties. Au-delà d’une certaine durée de détention, une prime de fidélité sous forme d‘un bonus de rendement pourra être accordée. Ainsi, l’investissement est diversifié et encouragé sur le long terme.

Pour les assureurs, le Nouvel Eurocroissance est un atout dans le contexte actuel des taux bas, pour préserver leur solvabilité et trouver des alternatives aux fonds Euros qui pèsent sur leur rentabilité.

Pour les épargnants, à mi-chemin entre le fonds Euros, offrant une garantie du capital, et les unités de compte, plus rentables mais plus risquées, le Nouvel Eurocroissance fait peau neuve en offrant une garantie du produit à la carte, une plus grande transparence et de meilleures perspectives de rentabilité. Aujourd’hui, 82% de l’encours de l’assurance vie est constitué en fonds Euros qui leur rapportent de moins en moins, soit un bon potentiel de transferts ! Pour préparer leur retraite, des épargnants pourraient également se tourner vers ce placement plus adapté que le fonds Euros. Les prochains mois donneront des indications pour savoir si, face à la chute des marchés financiers causée par l’épidémie Covid-19, les épargnants feront du Nouvel Eurocroissance un nouveau moteur de développement de l’assurance-vie !

Par Emeline Seval et Tom Popa, project managers Square

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :