Et si vous placiez votre argent dans une bonne bouteille de vin ?

Les Echos – le 14 octobre 2020 :

En cette période de taux négatif et de volatilité des marchés, le vin fait office de placement alternatif aussi prestigieux que les oeuvres d’art ou la haute joaillerie, écrit dans une tribune Paul Perez, consultant senior chez Square.
Le vin a toujours été un objet de convoitise depuis l’installation des premiers pieds de vigne en Bourgogne au Ier siècle av. J.-C. La situation actuelle, avec des taux négatifs, une forte volatilité des marchés financiers alliée au manque de perspective, incite de plus en plus de particuliers à rechercher des actifs décorrélés des marchés. Le vin est considéré comme un placement alternatif prestigieux tout comme les oeuvres d’art, les voitures de collections, ou la haute joaillerie et horlogerie.

Investir dans le vin peut être perçu comme un investissement à long terme qui permettra aux particuliers de diversifier leurs avoirs tout en se faisant plaisir. Certaines bouteilles prennent de la valeur avec le temps. Afin d’investir dans le vin, les particuliers ont plusieurs possibilités, la première est de s’approvisionner directement chez le primeur, le caviste ou le vigneron. Mais il faut admettre qu’il est difficile d’approcher les grands domaines, sans parler du budget initial. Il est également possibilité de se fournir chez des particuliers. Cependant la qualité de conservation des vins n’est en aucun cas garantie. Alors comment investir dans le vin comme placement alternatif ?
Depuis quelques années, des fonds spécialisés dans le vin (Ecce Vinum capital ou Uzès Grands Crus par exemple), principalement localisés au Luxembourg ou à Londres, ont fait leur apparition. La particularité de ces fonds est de donner l’accès à des vins d’exception moyennant un ticket d’entrée de 125.000 euros. Indexé sur le Liv-ex 100 ou Liv-ex 1.000, il est possible de suivre l’évolution de ces précieux flacons. Le LIV-ex est passé de 236 à 309 sur cinq ans (30 juin 2014 au 30 juin 2019), soit une progression de près de 31 %. Dans le même temps, le CAC a pris 25 % environ. À la différence des autres placements alternatifs, investir dans de bonnes bouteilles présente l’avantage de pouvoir être consommé s’il ne rencontre pas la rentabilité souhaitée.

Œuvre d’art

Cet engouement généralisé pour le vin, ainsi que l’appétence vers de grands gains (+26,66 % en 5 ans pour le Liv-ex 100 et 41,73 % pour le Liv-ex 1000), ont fait apparaître de nouveaux acteurs sur le marché : des sociétés de gestion de cave (Idealwine, cavissima).
Vous pourrez ainsi être le propriétaire de bouteilles qui peuvent être destinées à votre consommation ou à la revente. Le vin a la particularité d’être également un objet de collection et de luxe. De deux à vingt ans, c’est à la fois un bien consommable et un bien d’investissement. Avec le temps, il accède à la catégorie de pièce de collection, d’oeuvre d’art. Les amateurs de vin vous parleront des vintages, des années de récolte, du savoir-faire, du vignoble et du vigneron. De la même façon, les amateurs d’art parlent de collection, de coup de pinceau, de style, d’écoles et de maîtres.
Comme la plupart des éléments de collections, des oeuvres d’art le risque de liquidité est important. En effet, malgré l’existence d’un indice boursier le risque de liquidité à la revente est réel. De plus il présente un risque de représentation du marché du LIV-ex quant à sa composition et la détermination de ses composants.

Avantages fiscaux

Les avantages patrimoniaux et fiscaux liés à ces investissements intéressent de nombreux particuliers. Si une bouteille est achetée et conservée par une société de gestion, l’investisseur ne payera la TVA que s’il décide de consommer cette bouteille. À cela, il faut ajouter qu’il n’y a pas d’impôt sur la plus-value sur ce type de placement s’il s’agit d’un passe-temps et si les cessions unitaires sont inférieures à 5.000 euros.
Si le bien est supérieur à 5.000 euros, il est considéré comme bien meuble et est imposé à 19 % plus prélèvements sociaux. Investir dans le vin doit être perçu comme une diversification patrimoniale, précédemment incluse dans l’impôt sur la fortune immobilière, la valeur de la cave n’est pas à inclure dans l’impôt sur la fortune immobilière.

Par Paul Perez, consultant Square

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :