0 comments on “Marketing alimentaire : comment retrouver la confiance des consommateurs ?”

Marketing alimentaire : comment retrouver la confiance des consommateurs ?

eMarketing.fr – le 17 octobre 2019 :

 

En pleine défiance des consommateurs sur la qualité des produits et la transparence des circuits, la grande distribution et les marques agro-alimentaires n’ont d’autres choix que d’évoluer… Et celles qui saisiront cette opportunité pour changer leur image sortiront gagnantes de cette crise.

Le divorce semble consommé entre consommateurs et grande distribution au sujet de la transparence et de la qualité des produits. D’après une étude réalisée par le groupe Kantar TNS en janvier 2018, 70% des Français estiment que les entreprises ne sont pas respectueuses des consommateurs et un quart n’ont pas confiance en la qualité des produits alimentaires. Plusieurs scandales et crises alimentaires, dont celui des « lasagnes » à la viande de cheval en 2013, ont contribué à créer un fort sentiment de défiance vis-à-vis de l’alimentation. Aujourd’hui, la composition des aliments, leur production et leur origine font part d’une forte prise de conscience et de position de la part des consommateurs. La santé, l’éthique et le responsable s’avèrent être la condition absolue au succès d’un produit alimentaire. L’industrie agroalimentaire a donc décidé de redoubler d’efforts afin de rétablir le lien de confiance l’unissant aux consommateurs, mais de quelle manière?

Consommateur averti et méfiant

La nouvelle communication prônée par le secteur agroalimentaire vient d’une profonde remise en question des modes de consommation des consommateurs. La tendance générale tend vers une consommation limitée des produits transformés et industriels. Ce nouvel engagement se traduit par une volonté d’intégration des consommateurs au sein du processus de validation de la qualité des produits. Intéressons-nous à la marque « collective » des consommateurs, cette société composée de consommateurs a pour but de redonner le pouvoir au client en élaborant leurs propres produits selon un cahier des charges strict à renseigner en ligne. Ils vont même jusqu’à définir le prix et votent pour les produits à élaborer. Sollicitant des producteurs, ils travaillent uniquement avec des exploitations à taille humaine et raisonnée et commercialisent leurs produits en grandes surfaces à des prix raisonnables tout en assurant un juste prix pour les producteurs. Au-delà de ces initiatives, les nouvelles technologies par le biais des applications viennent en aide aux consommateurs pour les guider en magasin en analysant les produits et leur impact sur la santé et proposent des produits alternatifs à l’utilisateur comme c’est le cas de la jeune start-up française YUKA. Les consommateurs sont donc en constance éveil dans les grandes surfaces pour sélectionner leurs produits et se détourner si possible des produits trop transformés.

0 comments on “L’objet connecté en entreprise : un ami qui vous veut du bien ?”

L’objet connecté en entreprise : un ami qui vous veut du bien ?

Chef d’Entreprise – le 31 juillet 2019 :

Les objets connectés se mettent au service des entreprises au nom du bien-être des employés mais la véritable question est de savoir si les salariés ne seront pas la cible d’une finalité détournée au profit de l’entreprise pour accroître sa performance en contrôlant leur activité ?

L’IoT des objets est en plein boom avec 7 milliards d’objets connectés en service en 2018 et plus de 21,5 milliards en 2025 selon le cabinet IoT Analytics. Après avoir inondé le marché des particuliers, ces technologies se mettent au service des entreprises au nom du bien-être des employés. L’objectif affiché est d’assurer de meilleures conditions de travail en anticipant leurs besoins via des bracelets, casques ou applications connectées mais la véritable question est de savoir si les salariés ne seront pas la cible d’une finalité détournée au profit de l’entreprise pour accroître sa performance en contrôlant leur activité ?

0 comments on “Voiture connectée : vers une nouvelle dimension de la relation client”

Voiture connectée : vers une nouvelle dimension de la relation client

Le Journal du Net – 23 novembre 2017 :

La relation client au sein du secteur automobile s’est fortement intensifiée avec l’apparition des technologies connectées à internet dans les véhicules.

Les constructeurs innovent pour proposer des services de plus en plus personnalisés, favorisant l’autonomie et la mobilité des conducteurs. Cependant, ces nouveaux services entraînent une évolution rapide et risquée du secteur avec de nouvelles responsabilités pour les constructeurs. L’enjeu pour ces derniers est d’être au rendez-vous pour ces changements dans un environnement très concurrentiel.

La data au service de la personnalisation client

Les services connectés proposent des offres personnalisées aux clients en fonction de l’utilisation de leur véhicule, lequel devient un assistant personnel créant ainsi un lien de proximité et d’attachement avec la marque constructeur. Cette dernière se met au service de son conducteur pour lui proposer une expérience sur mesure en fonction de ses habitudes de conduite.

0 comments on “La politique à l’heure de la digitalisation”

La politique à l’heure de la digitalisation

Ces dernières années, le monde politique peine à convaincre les électeurs de tout bord. Cette crise de confiance se traduit par une montée de l’abstentionnisme et un vote contestataire. Paradoxalement, l’intérêt des citoyens pour la vie politique est en forte hausse. Le débat et l’action politique portés par les citoyens, se détournent des médias traditionnels et se déplacent sur Internet en s’y ancrant durablement. Les politiciens surfent sur cette tendance en investissant le web et changent ainsi les codes et les habitudes de communication. Face à ce constat, la classe politique est-elle prête à relever ce défi d’une politique digitale ?