Managers, ne répliquons pas le schéma Gilet Jaune/Élite dans nos organisations

Jounal du Net – 7 janvier 2019 :

Le mouvement Gilets Jaunes, ignoré et sans organisation à son début, est devenu le miroir grossissant de toutes les crispations d’un pan de notre pays. Est-ce un pur sujet politique ? La sphère professionnelle est-elle totalement étanche à ces problématiques ? En tant que manager ne suis-je pas en train de créer ou négliger une situation similaire au sein de mon entreprise ? Et si oui comment l’identifier et l’éviter ?

De quoi s’agit-il ? Des accumulations empoisonnées

Combien de réflexions ai-je entendues, à la machine à café ou entre deux couloirs, sur « les problèmes du nouvel open-space » ou « les vrais sujets » pour changer les choses ? Je n’y entends qu’un brouhaha de desiderata égoïstes, décousus et court-termistes. Pourtant, n’est-ce pas aussi un signal d’alerte que je capte mal ? Derrière ces mots j’oublie trop vite les frustrations, parfois profondes, et les incompréhensions, toujours réelles.

Managers : ce super-héros à avoir dans votre équipe

Vous hésitez entre pointer vos objectifs de fin de trimestre ou entamer vos vacances avec Spiderman, le blockbuster du moment ? Rapprochons les deux et démasquons le super héros à recruter pour triompher des prochains obstacles dans votre entreprise.

Curieuse époque : au cinéma comme à la télévision, jamais autant de super-héros n’ont déferlé que ces dix dernières années. Humains, mutants ou robotisés; sombres, sérieux ou drôles, il y en a pour tous les goûts, tous les dangers. Parallèlement, loin des écrans, jamais les managers n’ont eu autant de missions à assumer pour sauver le monde ou du moins l’entreprise : innover, mobiliser, gérer, écouter…

Coïncidence ? Au contraire ! Chaque manager le sait, pour assumer tous ces rôles à la fois, il faut être un super héros. Ou peut-être suffit-il simplement de s’inspirer de l’un d’entre eux. Un en particulier plus que les autres. Découvrons donc son identité et ses pouvoirs.

On ferme 300 agences… 5 clefs pour bien relayer une information négative

« Nous supprimons 900 postes et fermons 300 agences », avertit la Société Générale. Quelques mois plus tôt, BNP PARIBAS en a annoncé presque autant. Et côté industrie, c’est Alstom qui explique être en croissance tout en démantelant un site complet… Quand c’est votre entreprise qui est citée, de telles informations, pesantes et anxiogènes, ont des impacts forts et immédiats. Comment les absorber, les relayer et continuer à motiver votre équipe dans une telle situation ?

Rien de pire que cette ambiance sombre qui suit l’annonce d’une mauvaise nouvelle pour l’entreprise. Le manager, même s’il n’est aucunement lié à cette décision, est attendu à la fois pour assumer, pour expliquer et pour remobiliser. Ne pas le faire c’est perdre en crédibilité, mal le faire c’est perdre en légitimité. Attardons nous donc sur une approche claire, structurée et simple pour traiter ce genre de situation.