0 comments on “Cryptomonnaies et néo-banques, ou une possible symbiose pour la gestion des risques”

Cryptomonnaies et néo-banques, ou une possible symbiose pour la gestion des risques

Mindfintech – 27 septembre 2019 :

Lionel Lafontaine, consultant senior au sein du groupe Square, estime que les néo-banques pourraient jouer un rôle moteur dans la lutte contre le blanchiment et le développement de l’accès au marché des cryptomonnaies.

On assiste, aujourd’hui, à un mouvement de symbiose fort entre les cryptomonnaies et les néo-banques, qui laisse plutôt perplexe. En début d’année, l’ovni crypto-bancaire Hush, une cryptomonnaie dédiée au financement et au service d’une banque en ligne, disparaissait mystérieusement après avoir lancé son ICO (levée de fonds), ne laissant aux investisseurs que des espoirs déçus, des poches percées et un site web présentant le message suivant : « Hush is coming back soon ».

Toutefois l’association de ces univers (néo-banques et cryptomonnaies) n’est pas forcement si complexe, ni si décevante. Si les banques n’investissent pas dans les cryptos-actifs pour compte propre, elles agissent en tant qu’intermédiaire pour leurs clients et leur ouvrent des portefeuilles de crypto-monnaies. Ce service d’intermédiation est plutôt simple et offert par quelques acteurs. Certaines banques traditionnelles à l’étranger s’y sont mises (Maerki Baumann et la banque Falcon en Suisse) et les néo-banques se positionnent sur le créneau, Revolut en tête.

0 comments on “Réglementer les cryptomonnaies : un casse-tête immense”

Réglementer les cryptomonnaies : un casse-tête immense

Les échos.fr – le 15 juillet 2019 :

À l’heure actuelle, la préconisation de l’EBA est d’empêcher les banques d’investir sur les crypto-actifs, et même de les empêcher d’avoir des connexions directes ou indirectes avec les acteurs qui gèrent les cryptomonnaies.

Ce point de risque systémique encadré…, ces actifs en circulation attirent l’attention du régulateur qui se penche, sur demande des pouvoirs publics, sur un cadre réglementaire à déployer au sein de l’UE, autour de ces activités.

Le 9 janvier dernier, l’ESMA, après avoir soulevé les risques majeurs liés aux fraudes, cyberattaques, blanchiment d’argent et manipulation de cours, a soulevé 2 options pour accompagner les cryptomonnaies. Réglementer au cas par cas quelques crypto-actifs, avec le risque d’accréditer la viabilité et l’engouement autour de ces produits. Ou ne rien faire et considérer que ces activités ne relèvent pas de leur mandat.

0 comments on “Après la révolte des urnes, un équilibre fragile entre opportunités et menaces”

Après la révolte des urnes, un équilibre fragile entre opportunités et menaces

Les Echos – 12 mai 2017 :

Depuis la crise de 2009, pour faire face à leur coût du risque qui a fortement augmenté, les banques recherchent de nouveaux leviers et rationalisent au maximum leur activité.

Avec 2 desseins, diminuer les charges et répondre aux exigences réglementaires. Ainsi, ces dernières années, les programmes d’efficacité opérationnelle se sont succédé, et les coupes budgétaires aussi. Mais est-ce vraiment la trajectoire qui permettra aux banques de trouver ce nouveau relai de croissance ? Il semble que tout au plus (et ce n’est pas rien), cela renforce le sentiment de fiabilité de ces colosses au pied d’argile.

Mais les bouleversements de cet équilibre « mou » viennent aujourd’hui de chocs politiques. La sortie du Royaume-Uni de l’UE ainsi que le rejet de la classe politique traditionnelle américaine, matérialisée par l’élection de président Trump, sont des événements qui relancent la donne. Ce new deal imposé par les votes britanniques et américains, malgré les désastres sociaux et économiques annoncés par les chroniqueurs, vont impulser de nouveaux équilibres et de nouvelles opportunités.

0 comments on “RFTB : Retour à l’équilibre entre confiance et contrôle”

RFTB : Retour à l’équilibre entre confiance et contrôle

Lors de la crise financière de 2007 à 2009, les établissements bancaires ont subi de grosses pertes liées aux activités de marché. Les causes de ces pertes furent assez clairement identifiées. Notamment un manque de maitrise, voire une non-prise en compte de l’ensemble des facteurs de risques. Plus précisément du risque de crédit sur opérations de marchés. Cette incapacité à suivre ces risques dans les indicateurs officiels (en particulier la fameuse Value at Risk – VaR), pour des produits complexes, a mis en évidence un angle mort désastreux.

Cet accident a eu comme principale victime la collectivité (les Etats), avec la mise en place d’un fond de résolution (garanties des Etats pour le refinancement des banques) et des actions de recapitalisation substantielles des établissements de crédit. Les banques ont ainsi vu leur image écornée, et ont été fortement contraintes sur leur coût du risque. Quelques années plus tard, à travers la proposition de Revue Fondamental du Trading Book (FRTB), le comité de Bâle semble basculer son mode de pilotage, initialement fondé sur la confiance en la capacité de résilience des établissements, vers un contrôle renforcé grâce à des méthodes homogènes et plus transparentes.

0 comments on “Élection de Donald Trump, Brexit… vers une déglobalisation ?”

Élection de Donald Trump, Brexit… vers une déglobalisation ?

Les Echos – 16 décembre 2016 :

58 millions électeurs US ont voté pour Donald Trump… 17 millions d’électeurs anglais ont voté le Brexit.

2 décisions motivées par la crainte d’une ingérence extérieure invasive et stimulées par des discours populistes à la limite du rationnel. Néanmoins, le peuple a voté. Il a voté contre les préconisations des élites et des médias. Cet américain moyen que le monde entier méprise depuis quelques heures ou quelques mois. Mais pourquoi cette défiance voire cette animosité ?

N’est-ce pas la moindre des choses qu’un peuple puisse disposer de sa destinée et à ce titre choisir son leader ?

0 comments on “Refontes réglementaires : de la revue des indicateurs Risque vers une transparence maitrisée, les établissements bancaires à la croisée des chemins”

Refontes réglementaires : de la revue des indicateurs Risque vers une transparence maitrisée, les établissements bancaires à la croisée des chemins

Les crises et les faillites qu’a pu connaître le système bancaire ces dernières années ont rappelé aux autorités de tutelle la nécessité de transparence induite par le caractère systémique de l’activité bancaire et entrainé une revue significative des normes bancaires afin de renforcer les exigences de bonnes pratiques et limiter les dérives spéculatives et non maîtrisées sur certaines activités. Ainsi, dans le cadre de ses évolutions réglementaires, Bâle 3 et la suite, le comité de Bâle travaille sur 2 axes principaux : la méthode avec une révision des outils de mesure des risques et la capacité des établissements à restituer l’information avec une exigence en termes de réactivité et de granularité.