0 comments on “Réglementation de la propriété intellectuelle : comment favoriser l’innovation sans la verrouiller ?”

Réglementation de la propriété intellectuelle : comment favoriser l’innovation sans la verrouiller ?

Les Echos – 8 novembre 2018 :

Avec des procès d’envergure sur la possible violation de brevets – comme celui en cours entre Apple et Qualcomm –, les risques de sanctions vertigineuses sont conséquents. Les entreprises doivent étendre leur protection d’inventions à l’international, et être des plus réactives, tant sur leur détention de brevets, que la gestion de la marque. Un encadrement qui se précise aussi en France avec la récente loi du secret des affaires.

Investir en R&D… et en sécurisation

S’il avait pu breveter l’ampoule à incandescence en 1879, est-ce que Joseph Swan aurait pu ravir la renommée à Thomas Edison sur cette brillante découverte ? C’est cependant une bataille judiciaire qui donna raison à Swan, même si la réputation de l’invention revint à Edison.

Les branches Recherche et Développement sécurisent plus que jamais – et au plus vite – les découvertes et innovations. Un coût conséquent, mais indispensable pour la croissance des entreprises, dont les enjeux financiers sont stratégiques. La sécurisation de brevets par les moyens légaux représentant un juteux marché aux inventeurs qui peuvent se protéger, en faire facturer l’usage aux tiers, mais également à des détenteurs qui n’en ont pas la paternité.

0 comments on “Contrat d’assurance à la demande : les clients prennent le pouvoir”

Contrat d’assurance à la demande : les clients prennent le pouvoir

Alliancy – 16 juillet 2018 :

Assurer des trajets en voiture à la minute ou encore protéger une caméra pour la journée, les compagnies misent sur de nouvelles offres ciblées à l’utilisation et à l’usage. En misant par ailleurs sur la mobilité des contrats et la simplification des offres, les assurés deviennent des consommateurs de services. Des changements subtils qui accentuent la lourdeur de gestion et de complexité des contrats traditionnels.

La MAIF – par le biais de sa filiale Altima a dévoilé sa nouvelle offre d’assurance auto « pay when you drive » qui propose une facturation de l’assurance auto à la minute près. Via un boitier Bluetooth connecté au smartphone du conducteur, l’assureur promet une tarification plus juste, couplée à l’usage, et compte séduire les petits conducteurs. Dans la même lignée, la compagnie française Valoo dévoilait en mai dernier son offre d’assurance instantanée et à la demande pour des objets hi-tech, pour moins de 50 centimes par jour. La promesse de pouvoir activer et désactiver un contrat à la journée, le « pay when you use » (« payez quand vous l’utilisez« ) mise sur l’instantanéité, et semble dans l’air du temps auprès des assureurs. Séduire par des formats d’assurances compréhensibles, accessibles et activables, transforme par ailleurs l’assuré en un consommateur de services, qui se détourne d’un contrat conventionnel. Derrière ces nouvelles offres, le défi est aussi de clarifier les suivis de sinistres, de contrats, et d’opter pour des formules résolument accessibles en digital… de quoi remettre en cause les formules d’assurances classiques.

0 comments on “Grande distribution et numérique : repenser l’accessibilité des produits”

Grande distribution et numérique : repenser l’accessibilité des produits

Les Echos – 27 mars 2018 :

L’accélération de la transformation numérique oblige les points de vente de la grande distribution, mais aussi les plates-formes de e-commerce, à faciliter l’accessibilité de leurs produits.

Avec la signature en mars d’un partenariat entre Monoprix et Amazon sur la livraison express à Paris, et les annonces phares sur la restructuration chez Carrefour en début d’année, les géants de la distribution font tous face à l’épineuse question de la restructuration de leurs points de vente.

En ligne de mire, l’accélération de la transformation numérique, le perfectionnement de la gestion des coûts et des circuits de distribution, dans des réseaux déjà très concurrentiels. Pour cause, un système vieillissant et ne convenant plus aux usages et attentes des consommateurs, dont le temps et l’accessibilité sont les mots clés.

0 comments on “Danone acquiert le géant américain WhiteWave : un rachat de plus ou une transformation de fond ?”

Danone acquiert le géant américain WhiteWave : un rachat de plus ou une transformation de fond ?

Les Echos – 20 avril 2017 :

Autorisé par l’Union européenne après une année de négociations, le rachat par Danone du géant du lait bio et végétal WhiteWave catapulte ses parts de marché à un niveau jamais atteint aux États-Unis. Une transformation tout aussi riche sur le positionnement marketing que sur le fond éthique de la marque, aux USA comme en Europe.

WhiteWave, la toute nouvelle acquisition par Danone du géant américain du lait bio et végétal, vient considérablement renforcer le positionnement de la marque, en Amérique du Nord tout comme en Europe. Avec 22 % de parts de marché, cette acquisition de 11,3 milliards de dollars propulse Danone aux USA au rang de champion. Danone se hisse ainsi dans le top 15 des entreprises food & beverage.