« Quoi qu’il en coûte » : les banques pourront-elles suivre ?

Les Echos – le 16 avril 2020 :

Près de la moitié de la population mondiale est aujourd’hui contrainte à un confinement pour lutter contre la pandémie du Covid-19 : mesure inédite, mais a priori essentielle pour faire face à cette guerre sanitaire et ainsi tenter de reprendre le fonctionnement normal de nos sociétés. Néanmoins, cette mesure n’est pas sans effets sur nos économies…

Tant à l’échelle nationale qu’à l’échelle internationale, jamais une si grande partie de l’économie ne s’était retrouvée à l’arrêt, en touchant l’ensemble de ses rouages. Que ce soit d’un producteur à un distributeur, d’un distributeur à un consommateur, d’un épargnant à un projet d’investissement, ou tout simplement d’un employé à un employeur, tous sont concernés.

Banquiers en manque de rentabilité : le début de la fin ?

Point Banque – n° de décembre 2019 :

« Banking is necessary, banks are not ». En 1994, Bill Gates prévenait de ce qui pourrait advenir d’un système bancaire considéré, à l’époque, comme tout puissant, vertueux et inévitable. A l’époque, cette vision occultait le fait que pour prospérer, une industrie cherche systématiquement à s’adapter, quand elle ne doit pas se réinventer. Et c’est exactement ce que le secteur bancaire a su faire depuis, en devenant l’une des industries les plus prospères du début du 21ème siècle.

Néanmoins, la crise de 2008 a marqué un coup d’arrêt dans cette ascension. Et depuis, la réflexion de Bill Gates retrouve tout son sens. Notamment aujourd’hui où le secteur bancaire semble particulièrement menacé comme le prouve l’étude publiée récemment par le cabinet McKinsey, qui explique « qu’en cas de retournement de conjoncture, une banque sur trois pourrait mettre la clé sous la porte ». Ce qui nous amène à une question essentielle : le business model actuel des banques est-il encore viable ? Quels sont les leviers leur permettant de s’adapter ? Peuvent-elles encore se réinventer comme elles ont su le faire par le passé ?

Si comme dans les années 1990 elles veulent subsister, elles devront montrer une fois encore leur capacité d’adaptation et trouver de nouvelles sources d’innovations, posture essentielle pour continuer à répondre aux besoins changeants de l’économie et de leurs clients.