0

La communication par e-mail, les codes pour une meilleure efficacité

L’e-mail est le moyen de communication le plus utilisé dans les échanges intra et inter-entreprises. Mais, le courrier électronique est victime de son succès : trop d’e-mails tue l’e-mail ! Même si son instantanéité et sa flexibilité font de lui l’outil privilégié des salariés, il peut causer du stress et des incompréhensions. Débordés et voulant être réactifs, nombre de cadres ont souvent tendance à apporter une réponse trop rapide, instantanée, générant des confusions et un manque de diplomatie.

La parade ? Connaître les codes et les bonnes pratiques pour un meilleur équilibre entre les différents moyens de communication.

Choisir les bons destinataires

Certains de vos interlocuteurs reçoivent entre 50 et 200 e-mails journaliers et votre information risque d’être noyée dans la masse. Il est reconnu que le flux de mails entraîne une perte de temps et de concentration des salariés diminuant leur productivité. Posez-vous la question si tout le monde a besoin d’être en copie, ou si c’est nécessaire d’envoyer un mail quand on peut aller voir son collègue pour une réponse rapide et se dégourdir les jambes.

0

The MiFID II impact on investment research

In the last weeks before MiFID II goes live, the investment research industry is still adjusting to comply with the new rules designed to improve transparency and protect the investor. The new legislation covers a wide range of topics impacting the European financial system as of January 2018. One of the major constraints MiFID II introduces is a “no inducement” rule. It will require brokers to separate their execution and research offers, and investment firms will not be allowed to receive any research for free any more.

Buy-side firms used to receive their investment research from their brokers bundled with trade execution or other services. This practice is now deemed an inducement by the regulator: money managers may deal transactions with brokers giving the best advice and access, rather than the lowest commission for executing trades. By unbundling the research costs, MiFID II aims to provide the end clients with more transparency on what they pay for. But this overhaul comes with a series of challenges for both sell-side and buy-side firms.

0

Espaces privés en ligne, vers la fin du mot de passe ?

La plupart des services que nous utilisons dans notre vie quotidienne (banque, assurance, e-commerce, impôts, réseaux sociaux…) sont accessibles sur internet. Bien que la digitalisation des services nous facilite la vie dans la plupart des cas, elle rime aussi avec une multiplication des espaces personnels en ligne que nous devons gérer et de leur identifiant et mot de passe respectifs que nous devons mémoriser. Sachant qu’un internaute possède en moyenne 27 combinaisons différentes (1) d’identifiants pour accéder à ses espaces en ligne, réussir à toutes les retenir devient un véritable défi.

Les internautes ont alors recours à des techniques plus ou moins sécurisées pour retrouver toutes ces combinaisons : certains les notent sur un carnet ou les enregistrent sur leur téléphone ou leur ordinateur, d’autres préfèrent utiliser le même mot de passe pour plusieurs espaces en ligne… Un sondage de l’IFOP en 2013 confirme ainsi que 42% des Français interrogés avouent “utiliser systématiquement le même mot de passe sur plusieurs sites” (2) . Autant de techniques peu fiables du point de vue de la sécurité des données personnelles des internautes.

0

La neutralité du Net ou le péril américain

Les Echos – 27 décembre 2017 :

Les Etats-Unis ont mis fin à la neutralité du web le 14 décembre dernier, quelles sont les conséquences d’une telle décision ? Et quelles seraient-elles si cela arrivait en Europe ?

À moins d’être un spécialiste du droit américain ou de passer beaucoup de temps sur internet, cette nouvelle n’a pas dû perturber outre mesure vos courses de Noël.

Pour cause, les principaux médias français en ont peu parlé. Et pourtant cela pourrait avoir des conséquences majeures outre-Atlantique et nous rappelle le risque d’une législation similaire sur notre continent.

0

Voiture connectée : vers une nouvelle dimension de la relation client

Le Journal du Net – 23 novembre 2017 :

La relation client au sein du secteur automobile s’est fortement intensifiée avec l’apparition des technologies connectées à internet dans les véhicules.

Les constructeurs innovent pour proposer des services de plus en plus personnalisés, favorisant l’autonomie et la mobilité des conducteurs. Cependant, ces nouveaux services entraînent une évolution rapide et risquée du secteur avec de nouvelles responsabilités pour les constructeurs. L’enjeu pour ces derniers est d’être au rendez-vous pour ces changements dans un environnement très concurrentiel.

La data au service de la personnalisation client

Les services connectés proposent des offres personnalisées aux clients en fonction de l’utilisation de leur véhicule, lequel devient un assistant personnel créant ainsi un lien de proximité et d’attachement avec la marque constructeur. Cette dernière se met au service de son conducteur pour lui proposer une expérience sur mesure en fonction de ses habitudes de conduite.

0

Digital Distribution for Funds – From theory to practice

AGEFI – Décembre 2017 :

And suddenly the digital broke into our lives. We all remember Napster disrupting the music industry in the late nineties and the subsequent rise of iTunes. All of a sudden, the music distribution went digital and the high-street music stores slowly disappeared. Since then many digital distribution channels and marketplaces such as Uber, Airbnb, Netflix, Amazon or Ebay, only to mention the most famous ones, have emerged. It seems as if long periods of little or no change are followed by periods of sudden, significant change. And the added value provided by the offering does not even have to be mind-blowing to be successful. The ease of use, efficiency and nowadays expected connectivity already result – as it seems to be as a matter of fact – in a better customer experience.

0

Mobilité bancaire : Y a-t-il déjà des impacts de la loi Macron ?

La loi du 6 Août 2015 pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques, dite « loi Macron » permet à chaque client de changer de banque sans réaliser les démarches administratives, ces dernières étant prises en charge par la nouvelle banque. Cette loi apporte ainsi plus de simplicité dans les démarches comme celles prévues dans la loi Châtel pour le changement d’opérateur. Plus d’un semestre après son entrée en vigueur, y a –t-il des effets notables pour les différents acteurs ? Est-elle vraiment connue du grand public ?

L’ouverture d’un compte bancaire est souvent accompagnée d’une prime pour le client, et parfois d’une prime offerte au parrain si parrainage il y a eu. Axa Banque propose par exemple jusqu’à 250 € offerts. Certains particuliers pourraient constamment changer de banque tout en profitant de ces offres. Evidemment, il n’est pas à exclure que certaines banques prennent des mesures contractuelles pour éviter ce type de situation, de peur de ne pas obtenir le retour sur investissement escompté. Dès lors, il leur convient de trouver des moyens de fidéliser leurs clients.

0

Intelligence artificielle : pourquoi il est nécessaire de réglementer

Les Echos – 15 décembre 2017 :

Face aux possibles dérives de l’IA, il est essentiel de rédiger une réglementation spécifique à son application.

Apple a commercialisé dernièrement son nouveau smartphone : l’iPhone X. Parmi l’ensemble des nouveautés, le déverrouillage de son smartphone à l’aide de son visage, rendu possible par l’amélioration de la reconnaissance faciale et de l’intelligence artificielle (IA).

Quelques jours plus tôt, des chercheurs de l’université de Stanford ont réussi grâce à l’intelligence artificielle à déterminer l’orientation sexuelle d’une personne à partir d’une simple photo postée sur un site de rencontre. Les smartphones de demain pourront-ils, eux aussi, déterminer notre orientation sexuelle ?

0

Le texte qui oppose banques et FinTechs autour de la Directive des Services de Paiement DSP2 a finalement été adopté

Les Echos – 8 décembre 2017 :

Ce lundi 27 novembre, la CE a adopté les standards techniques de réglementation, RTS, qui permettent l’application de la Directive des Services de Paiement DSP2. L’Autorité Bancaire européenne, EBA, avait proposé un texte le 23 février dernier.

Depuis, ces RTS faisaient l’objet d’un bras de fer par communiqués de presse interposés entre les différents acteurs concernés, banques et FinTechs en tête, sur des sujets critiques tels que le « screen scraping » ou les solutions de « fall back ».

La DSP2 pour assurer la protection du consommateur et favoriser la concurrence des acteurs de services de paiement.

0

Paris et les JOP 2024 : entre environnement et innovation

Les Echos – 27 novembre 2017 :

La France sait être au rendez-vous quand elle est attendue : rien que sur les deux dernières années, nous en avons eu la preuve avec la COP21 en 2015, puis avec l’Euro 2016 de football.

Depuis le 13 septembre, la question se pose de savoir quelle étape supplémentaire sera franchie pour 2024 avec les Jeux Olympiques et Paralympiques (JOP) à Paris.

La ville de Paris, ses représentants, ses habitants, et plus généralement les Français, attendent avec impatience les JOP de 2024 en France (1). Le succès du dossier français a été porté par de très nombreux sportifs et par la classe politique, y compris le Président de la République Emmanuel Macron (2). Avant cette décision, le projet avait déjà été reconnu par les experts du Comité International Olympique (CIO) comme étant de très grande qualité (3).