0 comments on “Areva a les cartes en main pour s’en sortir”

Areva a les cartes en main pour s’en sortir

Décideurs – 16 mars 2015 :

Après les pertes considérables enregistrées en 2014, le pronostic vital du spécialiste du nucléaire est engagé. Quatre difficultés majeures émergent… qui sont autant d’opportunités.

Avec 4,8 milliards d’euros de pertes nettes et un chiffre d’affaires en baisse de 7,2 %, Areva est dos au mur. Contraint de déprécier ses chantiers et ses mines, sa rentabilité est en chute libre. Comment le fleuron français du nucléaire en est-il arrivé là ? Le contexte post-Fukushima, le marché déclinant de l’uranium, des décisions stratégiques hasardeuses tout comme le rôle ambigu de l’État actionnaire expliquent en partie la délicate situation dans la quelle se trouve le géant. Pourtant, une lueur d’espoir subsiste. Si Areva s’emploie prochainement à proposer les bonnes solutions, chacune de ses difficultés pourraient tourner à son avantage. Explications.

0 comments on “« Il y a un acteur de trop dans la construction nucléaire »”

« Il y a un acteur de trop dans la construction nucléaire »

Économie et société –  12 mars 2015 :

Suite à une perte record de 4,8 milliards d’euros en 2014, Areva a annoncé un programme d’économies d’un milliard d’euros à l’horizon 2017, d’importantes cessions et un recentrage de ses activités. Le groupe nucléaire n’a cependant prévu de répondre qu’à partir de fin juillet à la question de ses besoins en fonds propres, qui pourraient imposer des opérations financières avec EDF et d’autres partenaires. Dans ce contexte délicat, le groupe Areva se voit contraint à revoir son organisation. Entretien avec Éric Bonnel, directeur associé chez Square, société de conseil en stratégie.

0 comments on “Le paiement : état de l’art d’un marché innovant”

Le paiement : état de l’art d’un marché innovant

Les Echos –  13 février 2015 :

Aujourd’hui, dans le secteur bancaire, le domaine des moyens de paiement est l’un des plus prometteurs, grâce notamment aux avancées technologiques et à la démocratisation du Smartphone. En effet, si aujourd’hui nous payons globalement comme hier, il ne fait aucun doute que nous payerons différemment demain. Pour l’heure, nous sommes face à un certain nombre d’évolutions, prémices d’une révolution.

1 comment on “Un entretien avec Aurélien Lachaud, Responsable du Pôle Innovation et Nouveaux Usages (La Banque Postale)”

Un entretien avec Aurélien Lachaud, Responsable du Pôle Innovation et Nouveaux Usages (La Banque Postale)

Qu’est ce qu’un wallet ?

Le wallet inspire de nombreuses définitions dont certaines le limitent à une solution de paiement sur Internet. Cette définition réductrice peut être largement étayée par celle de la Banque de France : « Une solution permettant à un utilisateur de confier à un tiers, jugé de confiance, des données de paiement et des données personnelles, stockées en vue d’effectuer ultérieurement notamment des ordres de paiement. ». Le wallet ne se limite donc pas à un simple moyen de paiement sur Internet. Celui-ci a une vocation multicanale (paiement en ligne et paiement de proximité), multi-devices (ordinateur, mobile, tablette), multi-services et multi-usages (intégration des cartes de fidélité, cartes de paiement, coupons, bons plans, etc.) permettant de répondre à tous les nouveaux besoins des clients particuliers et commerçants.
Il existe deux grands types de wallet :

  • le wallet commerçant tels que Fivory (Crédit Mutuel-CIC) et Flash’N Pay (Oney Banque Accord)
  • le wallet émetteur tels que Paylib, V.me by Visa et MasterPass par MasterCard.