0 comments on “Impôt à la source, ce qui attend tous les acteurs”

Impôt à la source, ce qui attend tous les acteurs

Le Journal du Net : 2 janvier 2019 :

Impôt à la source, le sujet fait écho depuis des mois. Et pour cause, l’entrée en vigueur de cette réforme fiscale a été mise en place hier. Nombreux sont les acteurs concernés par ce grand chamboulement : le fisc, les contribuables mais également les entreprises, qui auront un rôle clé dans le prélèvement de l’impôt sur le revenu. Qu’est ce qui attend chacun de ces acteurs ?

A J+2 de sa mise en œuvre, une question plane : est-ce que les entreprises et plus largement l’ensemble des acteurs économiques sont prêts à faire face à ce changement ?

La plupart des pays européens l’ont adopté. La France se lance à son tour dans la mise en place de l’impôt à la source. Tous les contribuables sans exception sont concernés, soit 38 millions de foyers fiscaux.

0 comments on “L’E-Sport, un marché à un milliard de dollars ?”

L’E-Sport, un marché à un milliard de dollars ?

Sport Stratégies – 17 décembre 2018 :

L’année 2018 a été marquée par la victoire de la France aux Championnats du monde de football; mais qu’en est-il de ses performances en sport online ? Dans un monde hyper connecté, personne ne semble échapper à la vague digitale. C’est donc assez naturellement que le secteur de l’e-sport a fait on apparition il y a déjà  quelques décennies. Mais de quoi s’agit-il exactement ? Peut-on raisonnablement parler de sport ? Petits  éclaircissements sur ce marché en très forte croissance. 

L’E-SPORT, QU’EST-CE QUE C’EST ?

Également appelé sport électronique, cette activité n’implique pourtant ni ballon, ni terrain, ni stade (du moins à ses débuts) : il s’agit de compétitions de jeux vidéo – en solo ou en équipe – organisées sur internet (online)  ou en présentiel (offline), quelle que soit la plateforme (ordinateurs, tablettes ou consoles) ou le jeu. Ces  confrontations sportives, véritables arènes virtuelles, sont aujourd’hui suivies par des audiences et des  communautés de fans de plus en plus nombreuses. En Europe, Twitch.TV (rachetée pour 970 millions de  dollars par Amazon en 2014) et YouTube Gaming sont les plateformes privilégiées pour diffuser en streaming  certaines de ces compétitions. À titre d’exemple, la League of Legends Season 6 a rassemblé 43 millions de  téléspectateurs en 2016 contre 40 millions pour la Ligue mondiale de base-ball ! Dans le top 5 des jeux qui  dominent aujourd’hui le marché, on retrouve Dota 2 (Defense Of The Ancients 2), League Of Legends,  Counter-Strike : Global Offensive, HotS (Heroes Of The Storm) et Call Of Duty. Qu’en est-il des gains perçus par  les joueurs vainqueurs de ces tournois ? Selon le site Esport Earnings, ils s’élevaient au total à 96 millions  de dollars en 2016 et ont atteint 110 millions en 2017. De quoi donner le vertige. Plus récemment, l’édition de  The International 2018 sur Dota 2, qui se déroulait à Vancouver au mois d’août, a battu tous les records : plus  de 25 millions de dollars de dotation, dont 11 millions attribués à l’équipe gagnante.

0 comments on “Quand le digital réenchante l’expérience client”

Quand le digital réenchante l’expérience client

Cosmetique Mag – 17 décembre 2018

La cosmétique devient de plus en plus connectée, intelligente et hyper-personnalisée. Ainsi sont sorties des applications qui permettent d’essayer virtuellement des produits, comme Makeup Genius de L’Oréal; ou encore des masques de beauté connectés, tel que Wired Beauty de Mapo. Il ne s’agit plus pour les marques d’être orientées uniquement sur les produits et services, mais de proposer de nouvelles expériences aux consommateurs . Ces efforts s’inscrivent dans une course à la relation client menée par les géants de la cosmétique pour faire face à l’apparition de petites marques de niche qui se vendent uniquement en ligne et qui ne cessent d’accroître la concurrence.

Les marques de luxe n’ont pas eu le choix sinon celui d’opter pour le digital au plus vite. Les lancements de produits sont l’occasion de faire parler d’elles autrement et de proposer aux consommateurs des expériences interactives inédites. C’est le cas de Prada qui a mis en place une expérience virtuelle qui combine 3D stéréoscopique, interactivité

0 comments on “Pourquoi les entreprises françaises doivent se méfier davantage de « l’ami Américain »?”

Pourquoi les entreprises françaises doivent se méfier davantage de « l’ami Américain »?

L’Usine Nouvelle – 15 décembre 2018

Dans la note la DGSI (Direction générale de la sécurité intérieure) destinée à l’exécutif, on découvre que les secteurs d’avenir tels que les secteurs de l’aéronautique et de la santé ont été particulièrement visés car ils nécessitent d’investir des moyens importants en Recherche et Développement.

Une juridiction qui permet l’accès aux données sensibles stockées à l’étranger

Le cloud Act (Clarifying Lawful Overseas Use of Data Act) a été voté par les Etats Unis en 2018 et permet à l’état américain d’accéder aux données d’acteurs économiques sous le coup d’investigation de la justice américaine. Les entreprises françaises subissent l’extraterritorialité de cette loi qui permet à la justice américaine d’accéder aux données stockées à l’étranger. Le Cloud Act pourrait donc permettre aux autorités américaines de capter le savoir faire des entreprises françaises via des acteurs économiques incontournables tel que Microsoft en situation de quasi-monopole avec son système d’exploitation Windows et sa suite Office.

0 comments on “Vers une ubérisation du marché de l’art ?”

Vers une ubérisation du marché de l’art ?

Le Monde – 13 décembre 2018 :

Artistes, experts, galeries et salles de ventes ne sont pas à l’abri de la mutation numérique.

Le marché de l’art entame une mutation tardive, mais exponentielle, exploitant avec ingéniosité les avancées technologiques les plus puissantes et facilitant le processus de vente, jusqu’à outrepasser certains intervenantsclés. Assistons nous à un phénomène d’ubérisation du marché ? Depuis sa popularisation dans les années 1990, les acteurs de la grande consommation ont très vite perçu la puissance d’Internet, rendant accessibles des produits à un public difficile à atteindre et contournant les intermédiaires, alors partie intégrante de la chaîne de distribution.

Le secteur de l’art, plus attaché à ses traditions, a eu plus de mal à en percevoir les bénéfices. Mais, depuis quelques années, il s’ouvre à ces nouvelles pratiques pour s’adresser en direct à une audience plus large familiarisée avec le numérique, et proposer une offre élargie, globalisée et compétitive. Les progrès technologiques, le développement de la blockchain et les avancées en matière de sécurisation des données suffirontils à lever les dernières craintes et généraliser le phénomène ?

0 comments on “Les monnaies locales citoyennes : pierre angulaire de l’économie circulaire”

Les monnaies locales citoyennes : pierre angulaire de l’économie circulaire

Economie Matin – 9 décembre 2018

En réponse aux diverses crises financières observées ces dernières décennies et face à l’impuissance ressentie des populations envers leurs gouvernements, des initiatives telles que la mise en place d’un système monétaire alternatif avec pour but de développer une économie sociale et solidaire tout en favorisant un commerce et une production de proximité ont connu le jour.

Depuis plusieurs années, aux quatre coins de l’Hexagone, près d’une quarantaine de monnaies locales légalement reconnues sont en circulation. Nous pouvons citer l’EUSKO dans le Pays basque créée fin janvier 2013 ou encore la PECHE née à Montreuil en île de France en 2014. Une étude de l’ADEME (Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) affirme que les monnaies locales complémentaires représentent un point de levier favorisant l’adoption de comportements vers une consommation plus écologique, donc durable.

0 comments on “La méthode Didier Deschamps, c’est surtout défendre et valoriser le travail de ses collaborateurs”

La méthode Didier Deschamps, c’est surtout défendre et valoriser le travail de ses collaborateurs

Courrier Cadres – 5 décembre 2018

Après la victoire de l’équipe de France de football à la Coupe du monde, les tentations de faire le parallèle entre les onze joueurs tricolores et le staff d’une entreprise refont surface. Comme Aimé Jacquet avant lui, Didier Deschamps (désormais plongé dans les qualifications pour l’Euro 2020), n’échappe pas au parallèle managérial.

Longtemps moqué, critiqué, l’actuel sélectionneur des Bleus, aujourd’hui victorieux, se voit désormais auréolé de toutes les vertus. La culture de la gagne. Pourtant s’il existe des similitudes entre la gestion d’une équipe de haut niveau et celle d’une entreprise, gare aux raccourcis. Pour Aurélien Bandu, “Google, champion absolu de la nouvelle économie, a utilisé la méthode de management OKR (objective and key results – méthode basée sur la définition d’objectifs précis avec mesures associées partagée à tous les collaborateurs de l’organisation) pour fédérer l’ensemble de ses collaborateurs autour d’une vision et d’objectifs communs. Avec les résultats que l’on connaît !” Une méthode que le senior manager, spécialisé en pilotage et transformation des organisations chez Viatys Conseil, associe directement à Didier Deschamps. “Ne pourrions-nous pas imaginer le sélectionneur dessiner sur un tableau noir, entouré de son staff, ce genre de schéma, au moment de se lancer dans les qualifications pour la coupe du monde ?”

0 comments on “Le G20 sur la banquise entre Buenos Aires et Osaka”

Le G20 sur la banquise entre Buenos Aires et Osaka

Les Echos – 5 décembre 2018 :

Le week-end dernier, à l’occasion du G20 de Buenos Aires, la presse s’est largement fait l’écho de l’accord entre la Chine et les États-Unis qui atténue la guerre commerciale. On peut à peine parler d’armistice en l’espèce, tout au plus d’une trêve.

Cette situation est à mettre en parallèle avec un élément de la déclaration du G20 qui a été aussi largement repris par la presse : les dirigeants réunis au G20 s’engagent à lancer un processus de réforme de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) qui devra se concrétiser à l’occasion du prochain G20 à Osaka.

Force est de constater qu’en dépit des désaccords sur la question du climat, il y ait eu une belle unanimité pour se mettre d’accord sur la réforme de cette institution. Ça ne vous rappelle rien ?

0 comments on “Lean management, entreprise libérée : même combat ?”

Lean management, entreprise libérée : même combat ?

Cadre et Dirigeant Magazine – 3 décembre 2018 :

Les concepts de Lean management et d’entreprise libérée reposent sur une philosophie commune associant responsabilisation des collaborateurs et humilité du management. Comprendre ce socle conceptuel partagé devrait permettre de ne pas reproduire les erreurs du passé, en faisant subir à l’entreprise libérée le même sort que celui réservé au Lean. Décryptage par une experte.

Le Lean management, développé par Toyota, a connu son heure de gloire dans les années 1990 grâce à une étude (1) publiée par le MIT(2). Aujourd’hui, le concept est tombé en désuétude. Il est plombé par des résultats souvent inférieurs aux attentes et une image de cost cutting. Seule planche de salut pour le Lean management, des approches modernisées telles que le Lean Start-up ou le Lean Design reprennent ses grands principes et les mixent avec d’autres méthodes pour les remettre au goût du jour.

Depuis cinq ans, les chefs d’entreprise et les consultants en management se tournent plutôt vers le concept d’entreprise libérée. En favorisant autonomie, épanouissement et flexibilité, il répondrait mieux aux attentes des Millenials (3). Pourtant, les concepts fondamentaux du Lean management et ceux de l’entreprise libérée ne sont pas si éloignés que ça. Ils présentent même de nombreuses similitudes. Passons donc au-delà des effets de mode et regardons ce qui rapproche ces deux méthodes de management.

0 comments on “Lutte contre l’évasion fiscale : que retenir du nouveau décret ?”

Lutte contre l’évasion fiscale : que retenir du nouveau décret ?

Le Courrier Financier – 29 novembre 2018

L’évasion fiscale porte préjudice aux budgets des gouvernements par le monde. Les gouvernements ont misé sur le système bancaire par lequel transitent les flux monétaires pour lutter contre ce fléau. Les enjeux portent sur la conciliation de la mise en œuvre de ce nouveau dispositif et le maintien de la qualité de la relation client des institutions financières et de leurs clients.

L’évasion fiscale constitue un sujet technique et éminemment politique consistant à se soustraire à l’impôt ou à en réduire le montant dans son pays d’origine en transférant « secrètement » une partie ou la totalité de ses revenus. Le scandale sur la divulgation des documents confidentiels appelé « Panama Papers » a mis en lumière une nouvelle fois plusieurs agissements de fraudes, optimisations et évasions fiscales d’entreprises et de personnalités influentes.

Dans le cadre d’un durcissement de la réglementation liée à la fraude fiscale, nous voyons aujourd’hui émerger le décret d’application relatif à la transmission à l’administration de la liste des titulaires de comptes financiers n’ayant pas remis aux institutions financières les informations prévues au II de l’article 1669 AC du code général des impôts (n°2018-569 du 3 juillet 2018). Celui-ci entre en vigueur le 1er novembre 2018 ; ce court délai de mise en œuvre ne laisse que peu de temps aux établissements financiers pour mener à bien les campagnes de communication auprès de leurs clients.