COVID-19 : Les banques s’appuient sur la RSE pour renouveler l’expérience bancaire en période de crise

Economie Matin – le 28 mai 2021 :

La pandémie COVID-19 a touché tous les secteurs et les banques n’ont certainement pas été épargnées. Leur situation aujourd’hui est cependant très différente de celle à laquelle elles ont été confrontées lors de la crise financière de 2008-09. Les banques étaient largement perçues comme une grande partie du problème. Cette fois-ci, elles sont au cœur de la solution en agissant en tant qu’intermédiaires pour les programmes d’assistance gouvernementale et en proposant également des actions concrètes, et ce dans un objectif de relance économique, mais aussi d’accompagnement de leurs clients.

La plateformisation de l’économie n’est plus une option

Economie Matin – le 25 mars 2021 :

Avec 197 % d’augmentation de bénéfice net en 2020, la COVID apparaît comme une bénédiction pour Amazon. Pour de nombreuses entreprises, à l’inverse c’est la fin de l’aventure. Les plateformes sont tantôt une menace tantôt une opportunité pour des millions d’entreprises. Parfois perçue comme une révolution technique opaque, la plateformisation de l’économie est d’abord une mutation économique profonde. En quoi la plateformisation rend la transformation des entreprises indispensable ? Pourquoi les entreprises n’en prennent pas la pleine mesure ?

L’ultra réalisme dans la Tech, une inquiétante révolution ?

Journal du Net – le 21 février 2021 :

Récemment, le Disney Research Lab a présenté un robot donnant l’illusion de vie. Grâce à un système ultra réaliste de micro mouvements mimant le comportement humain, Disney souhaite rendre plus naturelles les interactions humain-robot.

En répliquant l’impact de la respiration, le clignement des yeux ou encore les mouvements de tête réagissant au comportement d’autrui, un nouveau pas dans la robotique a été franchi. Avec pour objectif premier d’intégrer des robots ultra-réalistes dans ses parcs à thème, Disney s’attaque directement à l’un des problèmes de la robotique: la vallée dérangeante.

Ce qui freine l’innovation en France.

Les Echos – le 10 février 2021 :

Ce n’est pas le sacro-saint principe de précaution qui bloque l’innovation en France, écrit Julien Borderie, «partner» chez Square. Ce sont plutôt nos modèles organisationnels et managériaux qui découragent la prise de risque.

À ne pas vouloir prendre de risques et à suivre de trop près le principe de précaution, les entreprises françaises n’innoveraient plus et seraient dépassées par leurs concurrentes internationales, la preuve : aucun laboratoire français n’a trouvé de vaccin à la Covid-19 !

Le « pay per view » sauvera-t-il le foot français ?

Les Echos – le 04 février 2021 :

Faire payer les matchs de Ligue 1 et de Ligue 2 à l’unité, plutôt que sur abonnement, est une idée qui monte depuis le fiasco Médiapro et le flop du nouvel appel d’offres de la LFP. Cette solution est-elle viable ? Les réponses de Maxime Bonhomme, consultant chez Square.

Depuis plusieurs semaines les clubs de football professionnels français sont au coeur de la tempête depuis l’arrêt du paiement des droits télé par Mediapro et le flop du nouvel appel d’offres lancé par la Ligue de football professionnel. Lorsque l’on sait que ces droits représentent plus de 50 % de leurs revenus, leur santé économique et financière s’aggrave à mesure que le temps passe.

Ces nouveautés que prépare votre banque pour se rapprocher de vous.

MoneyVox – le 14 janvier 2021 :

Les banques traditionnelles doivent amplifier la transformation digitale de leur modèle. Et plusieurs outils pourraient bien bouleverser le rapport qu’elles entretiennent avec leurs clients, explique Eugénie Fau, consultante pour le groupe Square dans une tribune publiée sur MoneyVox.

La crise sanitaire de 2020 accélère la transformation digitale des banques. Contraintes de fermer leurs agences physiques, celles-ci n’ont d’autres choix que de s’aligner sur le modèle des banques en ligne et fintechs, en proposant une offre 100% dématérialisée. Un véritable défi pour ces acteurs traditionnels, dont la valeur ajoutée reposait en partie jusqu’à maintenant sur l’accompagnement d’un conseiller physique.

De nouveaux business models vecteurs de dynamisme et de croissance en entreprise.

Finyear – le 23 décembre 2020 :

Une entreprise dynamique est une entreprise qui se remet en question sur tout et tout le temps. Les crises, les changements ou les nouveaux développements technologiques impactent notre vision du futur et ces évènements ponctués d’informations stimulent l’innovation. Les nouvelles tendances de consommation, les nouvelles technologies, se dressent favorablement vers une recherche de confort et de contrôle personnel, les deux leitmotivs du consommateur pour 2020, selon les recherches réalisées par le fournisseur d’études de marché Euromonitor International.

Les entreprises qui savent dès aujourd’hui tirer profit de ces signaux sauront relever les nouveaux défis dans l’avenir. Prenons l’exemple des banques. Elles ont aujourd’hui un avantage concurrentiel dans le traitement des données récoltées, qu’elles portent sur le cycle de vie, le mode de vie ou encore la relation avec les clients. Les banques expérimentent de nouveaux niveaux de transformations avec le digital mais restent vulnérables à d’autres types de disruptions dans le futur portées sur l’exploitation des données. Plus de la moitié des français sont prêts à privilégier des produits ou services hautement personnalisés mais restent cependant soucieux des données personnelles récoltées pour plus d’un tiers d’entre eux.

CAS CLIENT SQUARE – Accompagner sa clientèle fragile

Stratégie d’innovation responsable pour une banque leader souhaitant mieux accompagner sa clientèle fragile.
Auprès de l’équipe innovation d’une grande banque de détail, conception d’une stratégie d’innovation responsable relative à l’offre à destination de la clientèle fragile.

Comment la banque pousse ses clients à réduire leur empreinte carbone.

MoneyVox – le 07 octobre 2020 :

En 2018, la première carte bancaire capable d’estimer l’empreinte carbone de son utilisateur était lancée par Doconomy. Dans les traces de cette pionnière, les acteurs bancaires français grands publics effectuent eux aussi leurs premiers pas vers un nouveau rôle : une forme de coach carbone particulier.

Comment les services bancaires peuvent-ils apporter un conseil environnemental à leurs clients ? Le principe est d’apparence très simple : estimer leur empreinte carbone individuelle en termes d’émissions de gaz à effets de serre équivalents CO2 (GES), puis des conseils pour leur permettre de la réduire. Deux moyens d’actions sont proposés aux clients : la modification de leurs comportements d’achat, ainsi que l’investissement dans des projets de réduction de l’empreinte carbone (ex : rénovation énergétique).

No-code is eating the world.

Silicon.fr – le 31 juillet 2020 :

Aujourd’hui, toute personne disposant d’un ordinateur et d’un accès à Internet peut, en quelques heures et sans compétences techniques, lancer un service en ligne.

Bienvenue dans l’univers du no/low code.

Avec un marché à 8 milliards de $ en 2018 et qui devrait atteindre 46 milliards en 2023[0], le no/low code s’impose comme un mouvement clé dans le domaine de l’IT.
Ces outils permettent de créer des sites/logiciels/applications sans connaissance en programmation informatique. Ils sont de plus en plus plébiscités par les entreprises afin d’accélérer et alléger financièrement le développement de projets.