0 comments on “Digital Natives un modèle à adapter pour les assureurs”

Digital Natives un modèle à adapter pour les assureurs

Alliancy.fr – le 19 août 2019 :

Dans un contexte concurrentiel effréné, le marché des objets connectés est un véritable eldorado pour le secteur de l’assurance. Les Digital-natives (18-35), utilisateurs naturels et intensifs des nouvelles technologies représentent à eux seuls 29% des actifs. Pas étonnant que cette génération Y devienne le cheval de bataille des néo-assurances, start-up, GAFA et assureurs traditionnels, qui rivalisent désormais de créativité et d’initiatives dans le domaine du conseil, de la protection et de la prévention. Afin de les conquérir, le marché a essayé de développer d’avantages d’objets connectés.

Pas suffisant ! A peine un tiers de cette génération déclare avoir une expérience positive en matière d’assurance. Quelle doit être l’approche des assureurs pour conquérir les Digital-natives, premiers consommateurs de l’assurance de demain ?

Ecouter le consommateur pour proposer une offre plus personnalisée à des prix plus attractifs

Renforcée par la conjoncture économique, les assureurs sont confrontés à un véritable défi : mieux comprendre le besoin spécifique des 18-35 ans afin de proposer des offres et d’adapter leur expérience client proactive et continue, en adéquation avec leur mode de vie. Ils doivent créer un attachement dès le début de leur relation en la personnalisant.

Les « millennials » ont à ce titre des attentes spécifiques, bien différentes de leurs aînés. Ils veulent :
– Des offres simples avec une couverture plus étendue. De nouvelles offres ultra-packagées et marketées « tout en un » sont déployées (programme Switch d’Axa, offre prem’s de la Macif, bien nomades …). Elles permettent de pouvoir combiner en une seule offre plusieurs couvertures y compris l’assistance : auto, habitation, garantie de services bancaires, complémentaire santé, …
– Des offres dont le tarif s’adapte à leur comportement tout en prenant en compte leurs moyens limités. C’est ainsi que sont récompensés les conducteurs prudents avec « Pay how you drive » d’Axa, ou encore les assurés prenant soin de leur santé avec Vitality de Generaly.
– Des couvertures spécifiques à leur classe d’âge, et qui s’adaptent à leurs nouveaux usages : covoiturage, colocation, e-réputation, protection des biens nomades comme le smartphone, assurance études à l’étranger, …
Les assurances misent également sur leur image en proposant des services spécialement conçus pour ces « jeunes » assurés, tels que les bons plans associés à des marques de sport, des accès à des applications de coaching, de monitoring comme des services de covoiturage, des accès à des plateformes d’achat de biens d’occasion entre particuliers… ; et des avantages fidélité qui leurs permettent de réduire le coût des contrats tout en leur assurant une couverture plus complète des risques.

Simplifier l’offre en la rendant accessible partout

Habitués à consommer des services et applications nomades : les TICS (smartphones, tablettes…), rapides et individualistes ; la génération Y est la génération « ATAWAD » (Any Time, Any Where, Any Device). 60 % de ses activités se déroulent via le numérique. Cette génération se veut perpétuellement joignable. Elle cherche une expérience mêlant transparence, immédiateté et autonomie.

Les assureurs l’ont bien compris. Ils doivent simplifier, faciliter l’accès, réduire le temps du parcours d’achat, et miser ainsi sur l’expérience utilisateur pour pouvoir ainsi le fidéliser au plus tôt. A l’instar de l’assureur Alan qui réinvente son parcours santé, le parcours client doit être adapté et personnalisé sur chacune des étapes : découverte, comparaison, accès à des simulateurs, adhésion en ligne, recommandation en ligne, traitement de la réclamation rapide. Pour répondre à leur mode de fonctionnement et être en adéquation avec leur mode de vie, l’assureur a tout intérêt à élargir son offre d’IOT ou objets connectés tels que montre, bracelet, système de sécurité, lunette, vêtements, voitures. Il peut ainsi optimiser au mieux sa relation client, suivre en continu les habitudes de ses assurés mais surtout collecter et valoriser des quantités de données. Grace à cette mine d’informations les comportements et habitudes sont analysés. Les offres proposées sont ainsi mieux ciblées. Les risques mieux appréciés et contrôlés.

Et créer une relation privilégiée

Bien que le digital soit un levier de la nouvelle relation client, 82% de ces assurés veulent pouvoir compter sur un contact humain et une relation de proximité avec leur conseiller (Etude OpinionWay). L’assurance sur-mesure en quelques minutes, rendue possible par l’intelligence artificielle, n’est pas suffisante pour les 18-25 ans. Malgré leur souhait de réaliser toutes leurs opérations de manière dématérialisée, et qu’ils aient une
volonté plus marquée que le reste de la population pour échanger avec des chats- bots, ces clients ont besoin de pédagogie et d’être rassurés. Fidéliser ce marché des 18-25 ans est un véritable enjeu pour les assureurs : ils doivent adapter leurs offres en proposant de nouveaux services mais également d’autres modes de communication essentiellement digitalisés.

Le désir d’indépendance est grand, mais leurs craintes restent les mêmes que leurs aînés : la question de l’usage de leurs données personnelles, de la confidentialité et de la protection n’est pas écartée. Enfin l’immatériel est privilégié, sans pour autant renoncer à la relation avec son conseiller, qui se doit de créer un contexte familial et de s’intéresser aux préoccupations du jeune assuré. La relation doit certes être plus personnalisée mais l’éthique se doit pour ces 18-25, d’être irréprochable.

Par Emeline Seval, consultante du Groupe Square

 

0 comments on “L’objet connecté en entreprise : un ami qui vous veut du bien ?”

L’objet connecté en entreprise : un ami qui vous veut du bien ?

Chef d’Entreprise – le 31 juillet 2019 :

Les objets connectés se mettent au service des entreprises au nom du bien-être des employés mais la véritable question est de savoir si les salariés ne seront pas la cible d’une finalité détournée au profit de l’entreprise pour accroître sa performance en contrôlant leur activité ?

L’IoT des objets est en plein boom avec 7 milliards d’objets connectés en service en 2018 et plus de 21,5 milliards en 2025 selon le cabinet IoT Analytics. Après avoir inondé le marché des particuliers, ces technologies se mettent au service des entreprises au nom du bien-être des employés. L’objectif affiché est d’assurer de meilleures conditions de travail en anticipant leurs besoins via des bracelets, casques ou applications connectées mais la véritable question est de savoir si les salariés ne seront pas la cible d’une finalité détournée au profit de l’entreprise pour accroître sa performance en contrôlant leur activité ?

0 comments on “Quand open source et cloud font bon ménage”

Quand open source et cloud font bon ménage

Journal du Net – le 09 juillet 2019 :

Alors qu’il y a encore quelques années le Cloud Computing était inconnu de tous, il représente désormais un enjeu majeur du secteur de la high-tech.
Par sa simplicité et son efficacité, le nuage a su s’imposer comme un outil essentiel à même de transformer profondément nos usages, tant personnels que professionnels. Il se voit cependant être à l’origine d’un autre phénomène jusqu’alors contre-nature, à savoir l’ouverture des géants de la technologie à l’open-source.
Si cette évolution silencieuse en passe de devenir une révolution est lourde de sens, il est de raison de s’interroger quant aux motivations d’un tel mariage.

« Linux is a cancer »

Steve Ballmer, ancien CEO de Microsoft, avait ces mots très durs lorsqu’il parlait de Linux et plus généralement de l’open source en 2001.
A l’époque, la vision de ce type de solutions était bien plus négative qu’aujourd’hui pour les plus grands acteurs du marché informatique. Des concurrents aisément accessibles et libres de droits face à des softwares vendus, parfois au prix fort, cela fait quelque peu désordre. Heureusement pour les deux parties, la situation a bien changé.

0 comments on “Identité numérique et smart contract, nerfs de la guerre de l’assurance ultra tech”

Identité numérique et smart contract, nerfs de la guerre de l’assurance ultra tech

Riskassur-Hebdo.com – le 26 juin 2019 :

La combinaison identité numérique et technologies blockchain est-elle la formule gagnante pour les assureurs ? Le couple magique est une des applications directes du marketing comportemental et de la personnalisation des offres qui permet d’aller chercher de la croissance sur le marché de l’assurance. Le POC (Proof of Concept) de tarification en temps réel, dans l’assurance de transport de marchandises par bateaux par MS AMLIN est une des premières belles initiatives à recenser.

Les réglementations européennes telles que RGPD qui donne la responsabilité du traitement des données à “la personne physique ou morale, l’autorité publique, le service ou un autre organisme qui, seul ou conjointement avec d’autres, détermine les finalités et les moyens du traitement”. Ou eIDAS poussent à repenser les offres dès la conception. eIDAS entré en vigueur en 2014, signifie « electronic IDentification, Authentication and trust Services » et est la première brique d’un socle commun en matière de confiance numérique entre les 28 pays de l’union européenne. Pour cadrer les problématiques métier de signature, d’horodatage, d’identification, de préservation des documents de preuve ou encore la lettre recommandée électronique.

0 comments on “L’intelligence artificielle : un robot empathique en guise de conseiller bancaire ?”

L’intelligence artificielle : un robot empathique en guise de conseiller bancaire ?

JDN – le 17 juin 2019 :

L’IA commence à bouleverser les modèles de relation existants. Dans le monde bancaire, pourrait-on envisager un robot en guide de conseiller bancaire : mythe ou une réalité ?

Pour une sphère aussi intime que celle de l’argent, il est indispensable pour les clients d’avoir une relation de confiance avec leurs conseillers financiers. En 2018, 64% des français affirment avoir confiance en leur banque selon une étude menée par le cabinet Deloitte. L’intelligence artificielle commence à bouleverser les modèles de relation existants. Dans le monde bancaire, pourrait-on envisager un robot en guide de conseiller bancaire : mythe ou une réalité ?

Les IA d’aujourd’hui

Aujourd’hui, les banques adoptent de plus en plus l’intelligence artificielle pour accompagner leur force de vente sur différentes tâches : prise de contact, analyse des risques, réglementation, détection de fraude etc. Conçus à partir du machine learning*, ces robots intelligents évoluent de façon autonome dans notre environnement et se montrent de plus en plus performants au fil du temps. Outils de traduction, de recherche et d’analyse, assistants virtuels, chatbots : ces différentes formes d’IA permettent aux conseillers de libérer du temps sur des tâches répétitives au profit d’opérations plus complexes et permettent une première prise en charge plus rapide des consommateurs. Les conseillers bancaires peuvent alors se concentrer sur la connaissance de leurs clients, proposer des offres personnalisées et ainsi mieux les satisfaire.

0 comments on “Les 3 types d’entreprises face à l’innovation, l’exemple de la réalité virtuelle”

Les 3 types d’entreprises face à l’innovation, l’exemple de la réalité virtuelle

Alliancy – le 17 mai 2019 :

Il existe 3 types d’entreprises face à l’innovation : Les novatrices, les suiveuses et les rebelles qui tentent de s’opposer à celles qui innovent. Comment se situe la vôtre ?

Les novatrices de la réalité virtuelle

Les entreprises qui innovent peuvent avoir vocation à répondre à une demande du marché en créant un service nécessaire à de nombreux utilisateurs. Dans ce cas-là, elles doivent se positionner très rapidement à cause de la concurrence et c’est à celle qui aura répondu le plus rapidement et de la meilleure façon au besoin qui remportera la mise.

Ces entreprises peuvent aussi innover en essayant de créer un besoin. Cela est essentiel pour essayer d’obtenir un monopole au moins à court terme. C’est cependant beaucoup plus difficile et bien plus risqué. Prenons l’exemple de la réalité virtuelle, Oculus VR avec l’Oculus a tenu ce rôle en inventant la version moderne de cette technologie.

0 comments on “Les nouvelles réalités de la consommation virtuelle”

Les nouvelles réalités de la consommation virtuelle

Journal du net – 26 avril 2019 :

Les résultats du e-commerce en 2018 ne cessent de s’améliorer et pourtant les adeptes du magasin physique persistent et résistent.

Durant le Black Friday 2018, force est de constater que le commerce en ligne ou e-commerce a été privilégié par les Français : le volume global des commandes en ligne est en hausse de 34 % par rapport à 2017, selon le Webloyalty Panel. Cette hausse doit être relativisée par une stabilité des fréquentations dans les points de vente physiques. Nous pouvons donc ici dissocier deux types de consommateur : celui qui privilégie le gain de temps des achats en ligne et celui qui préfère l’expérience physique (visuel, touché, ouïe et odeur) des produits proposés. Face à cette confrontation la réalité virtuelle, qui nous immerge dans un univers virtuel, et la réalité augmentée, qui enrichie l’expérience du réel, créent une nouveauté sur le marché du commerce de détail.

Pouvons-nous considérer ce troisième canal comme un concurrent aux deux premiers ? Ou, au contraire, est-ce un nouveau moyen de développement pour le e-commerce et/ou les magasins physiques ? Nous pouvons également nous demander si cette nouvelle technologie n’est pas tout simplement la suite logique du e-commerce ?

0 comments on “Le nouveau business des micro-influenceurs”

Le nouveau business des micro-influenceurs

Stratégie – 18 mars 2019 :

Face à la remise en cause de la publicité traditionnelle par les consommateurs, les marques sont de plus en plus nombreuses à se tourner vers le marketing d’influence. Avec plus de 3 milliards d’utilisateurs actifs sur les réseaux sociaux au niveau mondial, les micro-influenceurs sont un levier de communication à ne pas négliger.

Le marketing d’influence, qui vise à utiliser le potentiel de recommandation des influenceurs, s’impose aujourd’hui comme incontournable dans les stratégies de communication des marques. En effet, de nombreux investissements ont été réalisés en marketing d’influence, avec un budget en constante augmentation : en 2018, 52% des marques ont augmenté leur budget d’influence marketing par rapport à 2017, et 74% prévoient une augmentation pour 2019. Toutefois, le phénomène se répète et les consommateurs tendent à saturer des actions de marketing d’influence, à l’instar du marketing traditionnel. Les raisons ? Une multiplication des posts sponsorisés, un agacement des internautes face aux publications trop similaires des internautes sur les réseaux comme Instagram, qu’ils souhaiteraient par ailleurs plus encadrés afin de renforcer la transparence des influenceurs sur le sujet.

0 comments on “Le boom des objets connectés commence son déferlement sur les baby-boomers”

Le boom des objets connectés commence son déferlement sur les baby-boomers

Le Journal du Net – 28 février 2019 :

Les objets connectés, appelés également l’Internet des objets (IoT), sont en train de conquérir de plus en plus les générations X, Y, 2.0, millénial, notamment sur les secteurs du loisir, de la santé, de la domotique et de la sécurité.

Depuis 2005, nous assistons à l’émergence d’objets physiques auxquels l’ajout d’une connexion Internet permet d’apporter une valeur supplémentaire (plus de fonctionnalités, d’informations, d’interactions, etc.) mais aussi des créer des nouveaux usages. Basés sur des technologies Wi-Fi, bluetooth ou tout autre protocole de communication, ils peuvent collecter, stocker et échanger des informations en fonction de leurs environnements et déclencher des actions idoines au bon moment.

0 comments on “Laissez-vous emporter par la vague Tik Tok”

Laissez-vous emporter par la vague Tik Tok

Stratégies – 18 février 2019 :

La nouvelle application préférée des jeunes de 10 à 24 ans offre aux marques une notoriété à court-terme, sur une cible jeune, plutôt féminine et connectée, capable de lancer des tendances.

Avez-vous déjà entendu parler de Tik Tok ? Si vous n’avez pas d’ados à la maison, il y a de grandes chances que vous pensiez au tube de la chanteuse Ke$ha, sorti en 2009. Mais il n’en est rien. Tik Tok est la nouvelle application préférée des jeunes âgés de 10 à 24 ans, autrement dit, la génération Z essentiellement. Plus de deux ans après sa création, ce réseau social vidéo-musical regroupe déjà 500 millions d’utilisateurs actifs par mois dans 150 pays, et 2,5 millions d’abonnés en France, dont, pour près de la moitié, des jeunes filles de 11 à 14 ans. Un eldorado qui commence à peine à dévoiler toutes ses opportunités de communication pour les marques.