La RSE, nouvel eldorado de la profitabilité des entreprises ?

Entreprendre.fr – le 14 septembre 2020 :

Du XIXème siècle aux années 2000, en passant par les mouvements sociaux des années 60, le rôle de l’entreprise a évolué, intégrant progressivement des objectifs autres que la profitabilité, et devenant un véritable réceptacle des doléances socio-environnementales. Cependant, autrefois perçus comme une contrainte, la prise en compte des enjeux sociétaux et environnementaux dans la conduite de l’activité – ou RSE – se révèle être une terre d’opportunités par laquelle transite de plus en plus d’entreprises.

La progressive intégration des enjeux sociaux-environnementaux dans la stratégie des entreprises

De la construction des cités ouvrières du XIXe siècle à l’amélioration de l’environnement de travail des ouvriers du XXème siècle, l’aspiration sociale, voire paternaliste de l’entreprise est un concept pluricentenaire. Cette aspiration – volontariste – s’est, au fil des décennies, muée en complément – nécessaire – à l’incapacité des gouvernants à pourvoir aux doléances sociales des gouvernés.

Transformation publique : le moment est-il enfin venu ?

Les Echos – le 26 août 2020 :

La création en juillet d’un ministère de la Transformation et de la Fonction publique affranchi de la tutelle de Bercy est un signal fort. Il faut maintenant transformer cette ambition en actes, écrit Arnaud Frémont.

Le gouvernement s’apprête-il enfin à agir en profondeur sur la transformation publique ? Le 6 juillet 2020, la députée LREM de l’Essonne Amélie de Montchalin a été nommée ministre de la Transformation et de la Fonction publique.

Retour au travail, retour à la normale ?

Entreprendre.fr – 03/08/2020

Tribune.Le point culminant de la crise sanitaire étant pour le moment passé et les mesures sanitaires s’assouplissant progressivement, les annonces de « retour au travail » ne cessent de se multiplier.

Que ce soit par le biais du gouvernement, des organisations patronales et même syndicales ou de dirigeants d’entreprise qui expliquent avec conviction les bienfaits de la vie de bureau : cohésion d’équipe, intelligence collective et culture d’entreprise en sont les principaux éléments de langage.

Pourtant, malgré ces appels et arguments répétés, les entreprises ont du mal à faire revenir tous leurs salariés dans leurs bureaux. Si la situation sanitaire et la peur des transports en commun peuvent expliquer quelques cas, elles ne peuvent en expliquer la majorité.

Les collaborateurs réticents, essentiellement des cadres et cadres supérieurs, partagent quelques certitudes et beaucoup d’inquiétudes.

En filigrane de la crise sanitaire inédite, des certitudes idéologiques remises en cause.

Economie Matin – le 3 août 2020 :

S’il est certain que nos vies quotidiennes seront impactées durablement par cette crise, sur les plans politique et économique des changements sont également d’ores et déjà perceptibles. S’agit-il simplement d’effets de bord issus d’une gestion de crise inédite ou bien assistons-nous à une remise en cause de certains paradigmes perçus jusque-là comme inébranlables ? Comme en écho aux cours d’économie de première et de terminale, la crise du covid-19 vient nous interpeler sur le rôle de l’Etat en tant que garant de la sécurité et du bien-être de la Nation.

L’Etat en tant que « sauveur de la Nation » ?

Si plusieurs gouvernements ont vu leur gestion de la crise louée par les médias internationaux d’autres, au contraire ont subi un feu nourri de critiques dès les premières semaines. Largement médiatisées, les pénuries d’équipements médicaux et l’impréparation face à l’épidémie ont de fait placé l’Etat au centre de l’attention médiatique. Si après la crise financière de 2008 les Etats se sont démenés pour apporter des solutions économiques – voire politiques – a posteriori, la crise sanitaire de 2020 a, elle, propulsé les Etats comme acteurs en temps réel, au cœur de l’action. Des Etats dont on attend une forte réactivité, dans un contexte où la crise sanitaire de départ s’est rapidement muée en une crise protéiforme.

Intégrer les risques climatiques dans les exigences en fonds propres des banques : oui, mais pourquoi faire ?

Riskassur – le 21 juillet 2020 :

Si le choc économique provoqué par la crise sanitaire actuelle risque d’être d’une ampleur inédite, il pourrait bien être qu’un avant-gout face à la crise climatique à venir. Face à l’urgence imposée par le réchauffement climatique, les politiques macroprudenttielles des autorités bancaires pourraient avoir leur rôle à jouer, à condition d’en connaitre l’objectif.

Le changement climatique est en voie d’intensification. Un récent rapport de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) le confirme, les températures moyennes entre 2015 et 2019 ont été les plus chaudes jamais observées. Bien que les Accords de Paris ratifiés en 2015 par 175 pays actent de l’urgence d’orienter les flux financiers vers des activités bas-carbone, le GIEC constate que les ressources financières consacrées aux activités vertes sont encore largement insuffisantes pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°C. Cette inertie dans la lutte contre le changement climatique fait peser une menace grandissante sur la stabilité du système bancaire et financier. En effet, il ne fait plus de doutes que le dérèglement climatique représente une nouvelle source de risque pour les banques. Non seulement la modification des températures moyennes et l’accroissement de la fréquence des évènements climatiques extrêmes peuvent avoir des impacts financiers pour les acteurs économiques (risque physique). Mais la transition de ces mêmes acteurs vers un modèle bas-carbone comporte aussi de nombreux aléas (risque de transition). Une détérioration de la performance financière que peuvent subir les acteurs économiques pourrait donc aisément se traduire en risque de crédit, risque de contrepartie, ou risque de marché pour les acteurs financiers. Face à ce double défi, il est temps pour les banques centrales et les autorités de surveillance d’épauler les politiques économiques et fiscales des états en prenant des initiatives fortes dans le cadre de leur mandat. Le recours à la réglementation prudentielle et en particulier aux exigences en fonds propres peut-être une solution à envisager à condition d’en connaitre précisément l’objectif.

Il faut faire évoluer le télétravail !

Les Echos – le 29 juillet 2020 :

Après deux mois de confinement et un passage au travail à distance en marche forcée, les entreprises commencent à organiser le retour sur site progressif de leurs collaborateurs, faisant émerger par la même occasion de nouvelles problématiques : Comment capitaliser sur les enseignements de la crise ? En quoi cette période de travail à distance a-t-elle fait évoluer les mentalités ? Faut-il remettre les anciens accords de télétravail en place ou les modifier ? Comment accompagner les collaborateurs et les former à ces nouvelles méthodes de travail ?

Tirer les enseignements du confinement

La période estivale est propice aux bilans. Les entreprises peuvent donc profiter de ce temps de respiration pour tirer des enseignements de la crise, avant de lancer de nouveaux plans d’actions en septembre.

Banques et Finance Durable : vers un alignement ?

L’info durable – le 30 juin 2020 :

Une partie de l’opinion publique aime parfois détester ses banques et considérer qu’elles sont les symboles d’un système capitaliste prédateur et « courtermiste ». Le point de vue développé dans cet article expose au contraire que les entreprises bancaires ont engagé leur transition, même si de considérables évolutions restent encore à réaliser pour être à la hauteur des défis posés par la Finance Durable.

Du management de contrôle au management empathique : savoir manager à distance.

Journal du Net – le 11 juin 2020 :

Si le télétravail se déploie progressivement, de nombreuses entreprises y sont encore réticentes. En France, seuls 5,9% des salariés des activités financières et d’assurance télétravaillaient régulièrement .

Le contexte actuel a contraint de très nombreuses entreprises à passer massivement au télétravail, à avoir recours au chômage technique ou au roulement des collaborateurs lorsque les infrastructures, les outils informatiques ou les activités ne permettaient pas le travail à distance. Ainsi, collaborateurs et managers se trouvent confinés chez eux, pour une période indéterminée qui peut être anxiogène, d’autant que les familles sont tout le temps sous le même toit : l’équilibre entre la vie personnelle et la vie professionnelle n’est pas évident à trouver. Aujourd’hui, la question n’est plus « pourquoi changer et passer au télétravail ? », mais plutôt « puisqu’il faut changer, comment faire évoluer les pratiques managériales pour répondre à ce nouvel enjeu ? ».

Sortir du confinement, mais pour faire quoi ?

Entreprendre.fr – le 05 juin 2020 :

Après la stupéfaction des premiers jours et la nécessaire gestion de l’urgence pour maintenir des activités essentielles et pouvoir assurer une activité en mode dégradé, la majorité des entreprises commence à vouloir se projeter non pas dans l’après crise, la grande majorité ayant compris que la crise ne faisait que démarrer, mais dans l’après confinement.

Ce moment de redémarrage de l’économie sera progressif et devra être à la fois un moment de remise en marche du business habituel mais devra aussi avoir intégré, du moins dans la réflexion stratégique, les enseignements des semaines précédentes, qui auront changé sans doute pour longtemps la normalité.

L’investissement ESG : un besoin d’uniformisation ?

L’info durable – le 20 mai 2020 :

Les institutions financières ont commencé à engager un travail d’intégration des facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans leurs opérations et dans leurs organisations.

Différents facteurs expliquent cet engouement parmi lesquels le contexte réglementaire, avec notamment l’obligation pour les contrats d’assurance vie multisupports d’intégrer des fonds disposant d’un label social ou environnemental suite à la loi PACTE. Sans oublier un intérêt accru de la part des investisseurs pour des produits responsables. De plus, plusieurs études ont également démontré des liens entre ce type d’investissement et de meilleures performances financières ainsi que des résultats plus constants (optique risk management).