0

Les InsurTechs, nouvelles références de la satisfaction client

Depuis octobre 2016, la start up Alan propose aux entreprises et aux indépendants la souscription et la gestion de contrats d’assurance complémentaire santé dématérialisés, en promettant « une couverture au top, ultra simple à utiliser ». Le processus de souscription dure…5 minutes seulement. Une rupture claire avec la réputation de complexité dont pâtit le secteur.

Alan fait partie des InsurTechs (1) , ces acteurs qui tirent parti de technologies nouvelles pour satisfaire des besoins émergents dans le secteur de l’assurance. Les InsurTechs proposent leurs services soit aux assureurs traditionnels, soit directement aux clients de ces derniers, devenus plus exigeants. En effet, les assurés sont aussi clients d’Amazon, Netflix, Starbucks, Nespresso et d’autres entreprises qui proposent une expérience de qualité supérieure et des offres présentées comme plus adaptées à leurs besoins.

0

Quelle retraite pour les salariés français travaillant en Europe ?

Les Echos – 17 juillet 2017 :

La mobilité professionnelle participe à la dynamique du marché de l’emploi européen. Revue de détail de ce qu’il advient de la retraite d’un salarié français dans un contexte de mobilité européenne.

Aujourd’hui, l’Europe compte environ 4 personnes actives (16-62 ans) pour chaque personne âgée de plus de 63 ans . D’ici 2060, 2 employés actifs cotiseraient pour chaque personne retraitée. Ce changement démographique constitue un obstacle non négligeable pour les gouvernements de l’UE, concernant leur responsabilité ultime vis-à-vis des pensions publiques de sécurité sociale.

De plus, dans le contexte actuel de marchés financiers volatiles, de règles comptables complexes et de règlementations renforcées, les entreprises sont davantage conscientes des risques financiers associés à leurs régimes de retraite et sont en recherche active de nouveaux moyens d’en réduire les coûts et les risques.

0

Le marché de la cyber-assurance : risqué pour les assureurs ?

Les Echos – 28 mars 2017 :

Le cyber-risque est devenu central pour nos économies, nos industries et nos services. En 2015, le nombre de cyberattaques recensées a progressé de 38 % dans le monde, et de 51 % en France.

En parallèle de ce phénomène, les budgets de cyber-sécurité des entreprises ont significativement augmenté en 2015 : le marché de la cyber sécurité représente aujourd’hui 77 milliards de dollars et devrait atteindre entre 130 et 170 milliards de dollars d’ici 2020.

Néanmoins, les résultats de la dernière étude du Lloyds sont édifiants : 50 % des dirigeants européens d’entreprises de plus de 250 M$ CA ne connaissant pas les solutions proposées par l’assurance contre les cyberattaques et 92 % des entreprises européennes étudiées mentionnent avoir été victimes d’une cyber-intrusion. Pour autant, seulement 42 % des entreprises estiment qu’elles pourraient de nouveau être victimes de telles attaques.

0

Assureurs et comparateurs, main dans la main pour relever le défi de l’expérience client

Qu’il s’agisse de trouver des billets d’avion, une nouvelle banque ou encore une mutuelle, le recours à des comparateurs de prix est aujourd’hui une habitude installée chez les consommateurs. Le marché français de l’assurance n’échappe pas à cette évolution des modes de consommation : le premier comparateur du secteur est arrivé sur le marché l’an 2000. Un nouveau modèle qui bouleverse les codes et obligent les compagnies d’assurance à s’adapter…

Comment fonctionne le modèle des comparateurs ?

Le premier objectif des comparateurs est d’attirer les consommateurs et générer du trafic sur leur site, notamment via un marketing online offensif et des campagnes de publicités à la télévision. Ils touchent ensuite une commission sur le nombre de clic générés sur leur plateforme vers les sites des assureurs. Un mode de rémunération « coût-par-clic » plutôt payant pour Stanislas Di Vittorio, directeur général d’Assurland : « Nous sommes rémunérés au moment où le prospect prend contact avec l’assureur. Sur l’auto, nous recevons entre 15 et 20 € en moyenne par prospects», déclaration Argus de l’assurance 15 mai 2015 n°7409-7410.

0

Persistance du contexte de taux bas : le défi assurantiel

Opportunité pour les uns, challenge pour les autres, l’environnement actuel de taux bas a un impact significatif sur de nombreux segments de l’économie, en particulier sur l’industrie de l’assurance vie. Suite à la crise financière de 2007-2008, les banques centrales ont fait appel à différents leviers afin de stabiliser le système financier et d’encourager la croissance économique. Ceci se place dans le cadre de leurs objectifs d’atteindre une inflation stable de 2% ainsi que de stimuler le crédit et la liquidité sur les marchés. L’abaissement des taux directeurs ainsi que la mise en application de politiques monétaires non conventionnelles de « Quantitative Easing » (achat massif d’obligations souveraines et autres titres sur le marché) ont considérablement œuvré dans la réduction significative des taux d’intérêt de la dernière décennie.

0

Comment décliner une véritable culture organisationnelle mobile ?

Par Carolina Serrano Archimi, Maître de conférences en Sciences de Gestion à l’IAE d’Aix-en-Provence (Aix-Marseille Université)

La nomadisation croissante des outils de travail modifie en profondeur les relations managériales au sein des entreprises. Une perspective qui passe par l’adoption d’une nouvelle culture organisationnelle et l’instauration d’un véritable climat de confiance entre les dirigeants et les collaborateurs concernés.

De nombreuses études mettent en lumière le phénomène de ‘nomadisation’ croissante des entreprises : de plus en plus de salariés, notamment parmi les cadres, utilisent des outils nomades (smartphones, tablettes tactiles) dans le cadre de leur travail. Ce phénomène, loin d’être une mode passagère, induit une transformation organisationnelle bien au-delà de l’apparition des premiers outils nomades (PC portables, agendas électroniques, téléphones mobiles) dans les années 1990/2000. En ignorer les effets empêcherait les entreprises d’en tirer pleinement profit, ce mouvement étant particulièrement volontariste, tant de la part des dirigeants que de leurs collaborateurs, qui plus est dans un contexte de prolifération de ces nouveaux outils.

0

Un entretien avec Olivier Peradotto, Responsable du programme « i-Nov » (AXA France Services)

Par Olivier Peradotto, Responsable du programme « i-Nov » chez AXA France Services

Le réseau AXA Épargne et Protection d’AXA France a déployé avec succès une solution dématérialisée de commercialisation de ses produits. Retour d’expérience sur un processus de conduite du changement où l’accompagnement et la formation des collaborateurs ont été déterminants.

0

La mobilité en entreprise ou comment bien accompagner la révolution 3.0

Par Nicolas Barrois, Senior Manager, VIATYS conseil

Alors que les outils nomades se banalisent dans le grand-public, leur déploiement dans la sphère professionnelle s’avère plus délicat. Revue de détail des bonnes pratiques afin d’optimiser leur appropriation par les collaborateurs concernés.

Bien plus qu’un phénomène de mode, « être connecté » est un mouvement de fond, un changement de société qui impacte notre vie personnelle et professionnelle. Les outils nomades se font leur place en entreprise et la mobilité devient un enjeu stratégique pour ces dernières. Anticiper l’ère du « mobile only » et définir une réelle stratégie d’accompagnement au changement, ce sont les défis auxquels doivent faire face les entreprises pour ne pas manquer leur passage dans l’ère du 3.0. Le déploiement des nouvelles solutions mobiles est un enjeu stratégique unanimement reconnu : 80 % des entreprises placent la mobilité dans le top 10 de leurs priorités et 44 % la font même figurer dans leur top 5 (1).

1

La relation client face à l’émergence des médias sociaux

Par Carole Sasson, directrice de Cocedal Conseil

La relation-client est inévitablement impactée par l’irruption des réseaux sociaux. Le partage d’expérience entre consommateurs et la banalisation de ces nouveaux supports de communication modifient sensiblement le dialogue avec les marques. Une évolution des comportements qui constitue autant d’opportunités, souvent sous-estimées, à condition d’en maîtriser les différents ressorts.

0

Le social customer relationship management ou les nouveaux enjeux de la relation client

Par Julien Guibert manager associé, AdWay

La banalisation des réseaux sociaux bouleverse l’approche de la relation client des grandes enseignes. Autant de mutations que les entreprises doivent assumer à travers un cheminement spécifique afin d’être en phase avec le consommateur social.