0 comments on “Contrat d’assurance à la demande : les clients prennent le pouvoir”

Contrat d’assurance à la demande : les clients prennent le pouvoir

Alliancy – 16 juillet 2018 :

Assurer des trajets en voiture à la minute ou encore protéger une caméra pour la journée, les compagnies misent sur de nouvelles offres ciblées à l’utilisation et à l’usage. En misant par ailleurs sur la mobilité des contrats et la simplification des offres, les assurés deviennent des consommateurs de services. Des changements subtils qui accentuent la lourdeur de gestion et de complexité des contrats traditionnels.

La MAIF – par le biais de sa filiale Altima a dévoilé sa nouvelle offre d’assurance auto « pay when you drive » qui propose une facturation de l’assurance auto à la minute près. Via un boitier Bluetooth connecté au smartphone du conducteur, l’assureur promet une tarification plus juste, couplée à l’usage, et compte séduire les petits conducteurs. Dans la même lignée, la compagnie française Valoo dévoilait en mai dernier son offre d’assurance instantanée et à la demande pour des objets hi-tech, pour moins de 50 centimes par jour. La promesse de pouvoir activer et désactiver un contrat à la journée, le « pay when you use » (« payez quand vous l’utilisez« ) mise sur l’instantanéité, et semble dans l’air du temps auprès des assureurs. Séduire par des formats d’assurances compréhensibles, accessibles et activables, transforme par ailleurs l’assuré en un consommateur de services, qui se détourne d’un contrat conventionnel. Derrière ces nouvelles offres, le défi est aussi de clarifier les suivis de sinistres, de contrats, et d’opter pour des formules résolument accessibles en digital… de quoi remettre en cause les formules d’assurances classiques.

0 comments on “Du selfie au calcul des primes d’assurance de prêt : il n’y a qu’un pas”

Du selfie au calcul des primes d’assurance de prêt : il n’y a qu’un pas

Difficile aujourd’hui de s’inscrire sur une application mobile sans donner un certain nombre d’informations personnelles. Il faut souvent passer par un formulaire de plus en plus précis ou bien accepter de se connecter via un compte Google ou encore Facebook.

Les utilisateurs des réseaux sociaux et des applications mobiles sont de plus en plus soucieux de l’utilisation de leurs données personnelles par les entreprises. Mais pourquoi les entreprises souhaitent-elles si bien connaître leurs clients et prospects ?

0 comments on “Blockchain Technology and the internet of things (iot): what does it all mean for insurance industry ?”

Blockchain Technology and the internet of things (iot): what does it all mean for insurance industry ?

AGEFI Luxembourg in April 2018

Introduction: Current state of the insurance market

Insurance whether mandatory, offering peace of mind, or necessary to protect ourselves and our assets is an essential part of most financial decisions. However, conventionally the insurance industry ranks at the top as one of the most paper heavy professions. Digitalization and automation can revolutionize the insurance industry. Blockchain technology and IoT give access to an unprecedented technological landscape to insurers in the way that it can reshape the insurance market structure. Now more than ever, provided these new age tools the insurance industry can keep up with the modernization of their environments.

BLOCKCHAIN: THE ADDED VALUE

The blockchain technology is mostly associated with cryptocurrencies which is just the tip of the iceberg in terms of potential. Blockchain is a decentralized, openly shared and distributed digital ledger technology. This ground-breaking technology eliminates huge amounts of record-keeping through efficient digitization, reduces administrative costs through optimization and ultimately kicks operations into a much higher gear.

Smart insurance contracts instead of traditional insurance contracts

The insurance policy is a contract between the insurer and the insured. It outlines the terms and conditions which the insurer is legally responsible for upon the agreed terms. The insurance policy contracts are operated in a centralized database, which has been the model of insurance. In this dynamic, there are more administrative costs associated with the business process. Additionally, in some case the involvement of third-party intermediaries (insurance brokers or insurance agents). This aspect works in the favor of consumers in alleviating conflicts of interests arising by third party’s participation (preferred insurance providers or administrators of benefits).

Powered in blockchain technology, a smart contract is a digitally signed customizable agreement between two or more parties containing specific instructions given to them, and all transactions are traceable and irreversible. It has the ability to initiate responsive actions when predefined conditions are met without any human intervention. Every single transaction between two parties automatically generates a record on the digitally enabled distributed ledger. In turns because of this mechanism the authenticity can be verified by the entire community. This added value falls right into mitigating risks of fraud associated with insurance. Moreover, the automated variable would allow virtually instantaneous payments resulting a claim as well as remove delays associated with insurance subscriptions or desired changed by the customer.

Fizzy by AXA one of the first practical business case

In terms of blockchain implementation, last year AXA managed to be the first insurance company to market a parametric insurance offer based on the blockchain technology. Last September they launched a new product that relies on the Ethereum blockchain. The insurance covers flight delays with an automated and effortless claim payment based on flight statistics. Hence the product, called Fizzy, is being pitched as “smart insurance”. Fizzy benefits from a 100% digitalized and secured subscription process. It offers complete transparency about the payment that would be received in case of a delay longer than 2 hours and most importantly does not require any paper trail nor justification or even action from the subscriber. The payment is automatically made based on the flight statistics, which are already public and fed in real-time. The benefits of digitalization, in terms of instantaneity, reliability and user friendliness speak for themselves. The product is still in this early stage being tested on the transatlantic flights from / to Paris CDG to / from the US, but they are planning on a worldwide coverage for 2018. Also, we can hope for an incoming reduction of the subscription delay, which is currently 15 days ahead of the flight. Blockchain both insures the integrity of the self-executing parameter-based smart contracts and allows low-cost deployment. All these new developments were unavailable until the arrival of IoT and blockchain.

THE INTERNET OF THINGS (IOT)

The internet of things can virtually and instantly connect nearly every type of consumer device. This technological progress enables the collection of more detailed and more specific data in a way that wasn’t possible in the past. Historically, insurance companies have relied on an outdated underwriting model to assess their pricing premiums. The IoT platform allows basing rates directly on individual characteristics instead of a more general population sample. Insurance companies can more accurately calculate insurance rates based on case by case basis rather than generic tendencies. This introduces usage-based insurance (UBI), which provides new tools that completely change the work methodology, the relationship with the customers and how products are structured and delivered.

Usage-based insurance (UBI)

With the progressive digitalization of all services and the introduction of UBI insurance companies can attain a never before reached level of customer-centricity. For example, auto insurers can track the precise number of kilometers driven and calculate your policy rate accordingly. Therefore, as a collateral effect it also creates an incentive for the customer to be more attentive to their driving habits and consider even balancing with car sharing options. Insurers can use the IoT tool to build a closer relationship with their customers by adapting existing products and influence customers’ behavior. Another example is wearable activity tracker to record physical activity or health habits. The health giant Aetna started back in 2016 health initiatives and offers the Apple Watch to their customers for a small charge.

Blockchain and IoT, the demand for web developers, data miners, and data engineers continues to grow. Due to the volume of data now available, there is need for the information to be analyzed and assimilated into useful metrics. The demand for web-specific technical skills has increased over the years thanks to the popularity of new technology and the milestone we have achieved. With these new players we can expect a more dynamic insurance industry over the coming years.

CONCLUSION

In this new ecosystem, we can forecast new customer expectations, increasingly fierce competition, new laws that resonate with customer data protection (IDD, GDPR). However, it will not change the core business of insurance which relies on forecasting and calculating the premiums but the rapidly changing market and technological conditions are presenting insurers with an unparalleled range of strategic and operational challenges. Down the line it might prompt rigorous expectations from regulators and standards but ultimately ameliorate the consumer experience.

By Frederic LorainAnta Sylla consultants at Initio

0 comments on “Les InsurTechs, nouvelles références de la satisfaction client”

Les InsurTechs, nouvelles références de la satisfaction client

Depuis octobre 2016, la start up Alan propose aux entreprises et aux indépendants la souscription et la gestion de contrats d’assurance complémentaire santé dématérialisés, en promettant « une couverture au top, ultra simple à utiliser ». Le processus de souscription dure…5 minutes seulement. Une rupture claire avec la réputation de complexité dont pâtit le secteur.

Alan fait partie des InsurTechs (1) , ces acteurs qui tirent parti de technologies nouvelles pour satisfaire des besoins émergents dans le secteur de l’assurance. Les InsurTechs proposent leurs services soit aux assureurs traditionnels, soit directement aux clients de ces derniers, devenus plus exigeants. En effet, les assurés sont aussi clients d’Amazon, Netflix, Starbucks, Nespresso et d’autres entreprises qui proposent une expérience de qualité supérieure et des offres présentées comme plus adaptées à leurs besoins.

0 comments on “Quelle retraite pour les salariés français travaillant en Europe ?”

Quelle retraite pour les salariés français travaillant en Europe ?

Les Echos – 17 juillet 2017 :

La mobilité professionnelle participe à la dynamique du marché de l’emploi européen. Revue de détail de ce qu’il advient de la retraite d’un salarié français dans un contexte de mobilité européenne.

Aujourd’hui, l’Europe compte environ 4 personnes actives (16-62 ans) pour chaque personne âgée de plus de 63 ans . D’ici 2060, 2 employés actifs cotiseraient pour chaque personne retraitée. Ce changement démographique constitue un obstacle non négligeable pour les gouvernements de l’UE, concernant leur responsabilité ultime vis-à-vis des pensions publiques de sécurité sociale.

De plus, dans le contexte actuel de marchés financiers volatiles, de règles comptables complexes et de règlementations renforcées, les entreprises sont davantage conscientes des risques financiers associés à leurs régimes de retraite et sont en recherche active de nouveaux moyens d’en réduire les coûts et les risques.

0 comments on “Le marché de la cyber-assurance : risqué pour les assureurs ?”

Le marché de la cyber-assurance : risqué pour les assureurs ?

Les Echos – 28 mars 2017 :

Le cyber-risque est devenu central pour nos économies, nos industries et nos services. En 2015, le nombre de cyberattaques recensées a progressé de 38 % dans le monde, et de 51 % en France.

En parallèle de ce phénomène, les budgets de cyber-sécurité des entreprises ont significativement augmenté en 2015 : le marché de la cyber sécurité représente aujourd’hui 77 milliards de dollars et devrait atteindre entre 130 et 170 milliards de dollars d’ici 2020.

Néanmoins, les résultats de la dernière étude du Lloyds sont édifiants : 50 % des dirigeants européens d’entreprises de plus de 250 M$ CA ne connaissant pas les solutions proposées par l’assurance contre les cyberattaques et 92 % des entreprises européennes étudiées mentionnent avoir été victimes d’une cyber-intrusion. Pour autant, seulement 42 % des entreprises estiment qu’elles pourraient de nouveau être victimes de telles attaques.

0 comments on “Assureurs et comparateurs, main dans la main pour relever le défi de l’expérience client”

Assureurs et comparateurs, main dans la main pour relever le défi de l’expérience client

Qu’il s’agisse de trouver des billets d’avion, une nouvelle banque ou encore une mutuelle, le recours à des comparateurs de prix est aujourd’hui une habitude installée chez les consommateurs. Le marché français de l’assurance n’échappe pas à cette évolution des modes de consommation : le premier comparateur du secteur est arrivé sur le marché l’an 2000. Un nouveau modèle qui bouleverse les codes et obligent les compagnies d’assurance à s’adapter…

Comment fonctionne le modèle des comparateurs ?

Le premier objectif des comparateurs est d’attirer les consommateurs et générer du trafic sur leur site, notamment via un marketing online offensif et des campagnes de publicités à la télévision. Ils touchent ensuite une commission sur le nombre de clic générés sur leur plateforme vers les sites des assureurs. Un mode de rémunération « coût-par-clic » plutôt payant pour Stanislas Di Vittorio, directeur général d’Assurland : « Nous sommes rémunérés au moment où le prospect prend contact avec l’assureur. Sur l’auto, nous recevons entre 15 et 20 € en moyenne par prospects», déclaration Argus de l’assurance 15 mai 2015 n°7409-7410.

0 comments on “Persistance du contexte de taux bas : le défi assurantiel”

Persistance du contexte de taux bas : le défi assurantiel

Opportunité pour les uns, challenge pour les autres, l’environnement actuel de taux bas a un impact significatif sur de nombreux segments de l’économie, en particulier sur l’industrie de l’assurance vie. Suite à la crise financière de 2007-2008, les banques centrales ont fait appel à différents leviers afin de stabiliser le système financier et d’encourager la croissance économique. Ceci se place dans le cadre de leurs objectifs d’atteindre une inflation stable de 2% ainsi que de stimuler le crédit et la liquidité sur les marchés. L’abaissement des taux directeurs ainsi que la mise en application de politiques monétaires non conventionnelles de « Quantitative Easing » (achat massif d’obligations souveraines et autres titres sur le marché) ont considérablement œuvré dans la réduction significative des taux d’intérêt de la dernière décennie.

0 comments on “Comment décliner une véritable culture organisationnelle mobile ?”

Comment décliner une véritable culture organisationnelle mobile ?

Par Carolina Serrano Archimi, Maître de conférences en Sciences de Gestion à l’IAE d’Aix-en-Provence (Aix-Marseille Université)

La nomadisation croissante des outils de travail modifie en profondeur les relations managériales au sein des entreprises. Une perspective qui passe par l’adoption d’une nouvelle culture organisationnelle et l’instauration d’un véritable climat de confiance entre les dirigeants et les collaborateurs concernés.

De nombreuses études mettent en lumière le phénomène de ‘nomadisation’ croissante des entreprises : de plus en plus de salariés, notamment parmi les cadres, utilisent des outils nomades (smartphones, tablettes tactiles) dans le cadre de leur travail. Ce phénomène, loin d’être une mode passagère, induit une transformation organisationnelle bien au-delà de l’apparition des premiers outils nomades (PC portables, agendas électroniques, téléphones mobiles) dans les années 1990/2000. En ignorer les effets empêcherait les entreprises d’en tirer pleinement profit, ce mouvement étant particulièrement volontariste, tant de la part des dirigeants que de leurs collaborateurs, qui plus est dans un contexte de prolifération de ces nouveaux outils.

0 comments on “Un entretien avec Olivier Peradotto, Responsable du programme « i-Nov » (AXA France Services)”

Un entretien avec Olivier Peradotto, Responsable du programme « i-Nov » (AXA France Services)

Par Olivier Peradotto, Responsable du programme « i-Nov » chez AXA France Services

Le réseau AXA Épargne et Protection d’AXA France a déployé avec succès une solution dématérialisée de commercialisation de ses produits. Retour d’expérience sur un processus de conduite du changement où l’accompagnement et la formation des collaborateurs ont été déterminants.