0 comments on “Faire face à l’ennui au travail: un défi de plus pour la ministre du travail!”

Faire face à l’ennui au travail: un défi de plus pour la ministre du travail!

Le Huffington Post – 28 septembre 2015 :

Myriam El Khomri nommée ministre du travail, la révision des 35 heures ou encore la stabilité du chômage au deuxième trimestre : les sujets liés au travail ne cessent d’occuper les agendas de l’exécutif. Mais ces problématiques semblent omettre la question des conditions de travail, notamment celle du bore out qui touche de nombreux salariés…

Un tableur Excel ouvert sur son écran d’ordinateur, une pile de dossiers empilée sur son bureau ou encore des conversations téléphoniques que l’on éternise volontairement… Voici, entre autres, comment des collaborateurs tentent de masquer qu’ils n’ont rien à faire ! Maintenir la motivation et la productivité de ses collaborateurs… Un pari difficile à tenir pour les entreprises. Un tiers des salariés européens déclarent ne pas avoir assez de travail pour combler leur journée : leur volume d’inactivité quotidien varierait entre 2 heures à une journée…

0 comments on “Quand la Big Pharma rencontre le Big Data”

Quand la Big Pharma rencontre le Big Data

Les Echos – 29 septembre 2015 :

A l’instar du partenariat noué ce mois-ci entre Sanofi et Google, de plus en plus de passerelles existent entre les grands noms du Net et de la pharmacie. Ces derniers commencent seulement à percevoir le potentiel des données collectées auprès des patients.

Au début du mois, Sanofi et la division sciences de la vie de Google annonçaient la mise en place d’une collaboration « pour améliorer la prise en charge et les résultats cliniques des personnes atteintes de diabète ». L’idée était de combiner les compétences « de Sanofi en matière de traitements et de dispositifs médicaux à l’expertise de Google en matière d’analyse de données, d’électronique miniaturisée » pour « développer de nouveaux outils de gestion du diabète et permettre de nouveaux types d’intervention », de la mesure de la glycémie sanguine à la collecte d’informations rapportées par les patients, en passant par le suivi de l’observance des traitements.

1 comment on “Volkswagen : symptôme de l’étouffement règlementaire ?”

Volkswagen : symptôme de l’étouffement règlementaire ?

La Tribune – 29 septembre 2015 :

L’hypocrisie du cycle d’homologation, qui amène à valider des consommations impossibles à reproduire dans la circulation courante, conduit les constructeurs à prendre des mesures extrêmes parfois au détriment de toute forme de légalité et de conscience citoyenne. 

Depuis plusieurs années, la prise de conscience de l’effet des activités humaines sur le réchauffement climatique a amené les politiques à lutter toutes voiles dehors contre les émissions de CO2. De façon assez classique, des normes et des incitations fiscales ont bouleversé l’offre et par extension la demande. Ainsi, dans l’industrie des transports privés et l’industrie automobile en particulier, le marché européen a atteint une Diésélisation sans précédent, souvent sans une analyse économique suffisante pour en démontrer la rentabilité. Or, les progrès technologiques qui ont mis ce type de propulsion sur le devant de la scène ont eu d’autres conséquences sur l’émission de particules directement néfastes pour la santé.

1 comment on “A400M : l’exemple de tout ce qu’il ne faut pas faire”

A400M : l’exemple de tout ce qu’il ne faut pas faire

La Tribune – 8 septembre 2015 :

Le programme A400, plus gros programme militaire européen, n’en finit pas de connaître des déboires. A la suite du crash, le samedi 9 mai 2015, d’un exemplaire neuf du transporteur européen A400M lors d’un vol d’essai avant livraison, la question de la poursuite du programme est revenue sur toutes les lèvres.

0 comments on “Le marché du paiement : vers un nouvel éco-système”

Le marché du paiement : vers un nouvel éco-système

La Tribune – 16 juillet 2015 :

Quel sera l’impact des nouveaux moyens de paiement sur les banques ?

Aujourd’hui sur le marché du paiement, un certain nombre de solutions innovantes voient le jour. Ces innovations sont de plus en plus souvent portées par des acteurs non bancaires et laissent par conséquent entrevoir un nouvel éco-système du paiement que nous allons tenter de décrypter.

1 comment on “Transformation digitale, émergence des banques en ligne : quel avenir pour les agences bancaires en France ?”

Transformation digitale, émergence des banques en ligne : quel avenir pour les agences bancaires en France ?

La France possède aujourd’hui un des réseaux bancaires les plus denses au monde avec près de 38.000 agences. Pourtant, à l’heure du digital et de la banalisation des banques en ligne, les habitudes des clients ont été bousculées : 50 à 60% (Rapport McKinsey – accélérer la mutation numérique des entreprises 2014) d’entre eux utilisent désormais Internet pour leurs opérations bancaires courantes (virements, ouvertures de comptes épargnes, commandes de chéquiers,…). Force est de constater que la fréquence des visites en agence ne cesse de s’effriter, rendant, de fait, les agences traditionnelles de moins en moins rentables. Aujourd’hui, 15% (Baromètre 2015 des réseaux d’agences bancaires – cabinet Score Advisor) d’entre elles coûtent plus cher qu’elles ne rapportent.

0 comments on “Le marché du crédit à la consommation entrevoit-il le bout du tunnel ?”

Le marché du crédit à la consommation entrevoit-il le bout du tunnel ?

Les Echos – 28 juin 2015 :

Patrick LebihanAlors que notre modèle économique est profondément basé sur la consommation des ménages, indicateur clé scruté de près par tous les observateurs économiques et décideurs politiques, le crédit à la consommation en est un déterminant majeur.

Ses encours représentent près de 13% de la consommation des ménages et 7 points de PIB, proportion parmi l’une des plus élevées de la zone euro. Or depuis 2008 ce marché a vécu l’une des pires périodes de son histoire.

0 comments on “Bientôt Bâle IV”

Bientôt Bâle IV

Xerfi Canal TV a reçu Nicolas Flobert, directeur associé de VERTUO Conseil, cabinet membre du Groupe Square, pour parler de régulation bancaire. Nous rappelons que, suite à la crise de 2008, la nouvelle règlementation de Bâle III a été publiée fin 2010. Mais selon Nicolas Flobert, tout indique que Bâle IV est déjà « dans les tuyaux »…

Une interview menée par Thibault Lieurade.

0 comments on “Pourquoi, en 2015, la gestion des données Risque est encore un sujet ?”

Pourquoi, en 2015, la gestion des données Risque est encore un sujet ?

L’exercice combiné d’évaluation des actifs et de tests de résistance mené l’année dernière par la BCE, le fameux AQR, avait ceci de nouveau – au-delà du fait qu’il s’agissait d’un exercice d’une ampleur jamais connue – qu’il imposait une phase d’assurance qualité. En quoi a consisté cette phase ? A vérifier la qualité des données utilisées et des résultats produits, notamment via des contrôles de cohérence entre les résultats des différents sous-chantiers de l’exercice. Les exigences de cette phase, décrites et spécifiées par la BCE, ont entrainé une charge non négligeable estimée (Source : intervention EY du Club Banque du 20 janvier 2015) à 20% du coût total contre environ 2% dans les exercices habituels de reporting.