0 comments on “BOURSE 2019 : L’ANNÉE DE TOUS LES DANGERS ?”

BOURSE 2019 : L’ANNÉE DE TOUS LES DANGERS ?

Economie Matin – le 23 mai 2019 :

Après un mois de décembre très difficile sur les marchés, le début d’année 2019 a pris tout le monde à contrepied. Mais cette euphorie pourrait être de courte durée au vu de plusieurs évènements prévus dans le calendrier. Le premier politique, avec l’arrivée de plusieurs échéances dont les législatives européennes, municipales en Allemagne et régionales en Italie. Le second économique, avec un risque de baisse de la croissance au niveau mondial.

Une montée des populismes et des mouvements nationalistes en Europe

En mai 2019 les élections européennes présenteront un risque politique important. On assiste à travers l’Europe à une montée des populismes ainsi que des mouvements nationalistes : en Bavière où la CSU, alliée d’Angela Merkel, a essuyé un revers historique dans une élection régionale, en Italie le gouvernement actuel est composé d’une alliance improbable entre extrême gauche et extrême droite, en Hongrie avec la réélection de Viktor Orbán proche du Parti Populaire Européen, en France ou les sondages indiquent que le Rassemblement National, parti de Marine Le Pen, obtiendrait près de 24% des voix au premier tour du scrutin, contre 18% pour la majorité présidentielle.

0 comments on “Les marchés actions américains sont-ils toujours rentables ?”

Les marchés actions américains sont-ils toujours rentables ?

Les Echos – 5 juillet 2017 :

Le 1er mars 2017, les deux indices de référence américains ont atteint des niveaux historiques. Le Dow Jones a franchi pour la première fois la barre des 21,000 points et le S&P500 celle des 2400. Ces records sont d’autant plus surprenants que le Dow Jones avait dépassé le seuil symbolique des 20,000 le 27 janvier 2017 soit 5 semaines plus tôt.

Un cycle de 8 ans de hausse des marchés américains

Après avoir atteint son plus haut à l’été 2000 et en septembre 2007 à plus de 1500 points, le S&P a été le premier indice mondial à connaitre un fléchissement suite aux interrogations des investisseurs sur la qualité des crédits subprimes. En mars 2009, l’indice touche un plus bas à 683 points encaissant une baisse de plus de 50 % en un an et demi.