Brexit et compensation OTC : des incertitudes toujours présentes.

Economie Matin – le 25 octobre 2020 :

Après avoir longtemps occupé le devant de la scène, les négociations sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne semblent avoir été éclipsées par la crise du COVID-19. Suspendues début mars du fait de l’urgence sanitaire, les négociations ont pourtant rapidement repris par visio-conférence afin de poursuivre la recherche d’un compromis sur un nombre important de désaccords.

Alors que fin juin était la date limite pour toute décision de l’UE et du Royaume-Uni de prolonger la période de transition, les parties prenantes ne se sont à ce jour pas accordées sur un tel prolongement, maintenant ainsi la date d’effet du Brexit au 1er janvier 2021. Un prolongement de la période de transition était en fait inacceptable pour le Royaume-Uni, qui souhaite dès le 1er janvier retrouver sa liberté de régulation et ne pas être lié aux mesures et couteux plans de relance de l’UE.

La perspective d’un no deal et ses incertitudes que cela engendre continuent pourtant de peser sur les économies de part et d’autre de la Manche. En ce qui concerne les services financiers, la City et les principales places européennes suivent de près les développements réglementaires et ajustent et mettent en œuvre leurs plans de continuité afin d’en limiter les impacts. Les régulateurs européens ont également anticipé ce scénario et mis en place un certain nombre de mesures, de sorte que les acteurs britanniques et continentaux ne soient pas durement impactés dans la fourniture de services d’investissements transfrontaliers. A ce stade la principale zone d’ombre porte sur les infrastructures de marché, et notamment sur la compensation des instruments dérivés de gré à gré (dits dérivés OTC). C’est en effet sur ce domaine d’activité que les places européennes peinent à s’accorder, faute d’une position commune.

Brexit : Préoccupation de taille pour les chambres de compensation

Economie Matin – 19 mars 2019 :

Le 24 juin 2016, toutes les places boursières clôturent en baisse : -8,04% à Paris, -12,35% à Madrid, -12,48% à Milan, -3,39% à New York et -2,76% à Londres. Le Brexit venait d’être réclamé par son peuple. C’est la première fois qu’un pays membre décide de quitter l’UE. Pratiquement un an plus tard, le 29 mars 2017, Theresa May active l’article 50 du traité de l’Union Européenne se laissant ainsi 2 ans pour mettre fin au partenariat. Le Brexit a désormais une date : le 29 mars 2019.

Les impacts sont larges : si Bruxelles doit renégocier ses accords avec le Royaume-Uni, la bataille a aussi lieu du côté des chambres de compensation.

Préoccupation de taille pour les chambres de compensation

La London Clearing House (LCH Limited), chambre de compensation anglaise qui jouit d’un quasi-monopole sur l’activité de compensation des produits dérivés en Euro, en serait fortement impactée.

En effet, le retrait du Royaume-Uni de l’Union Européenne impliquerait un retrait de l’autorisation accordée par Bruxelles dans le cadre de la réglementation EMIR. De facto, les banques européennes ne pourront plus y compenser leurs instruments financiers en Euro.

Luxembourg surfs Brexit wave to strengthen its private equity industry

AGEFI Luxembourg – le 19 février 2019 :

Luxembourg is renowned worldwide for its fund administration industry currently hosting at least 15 of the 20 largest global funds (including Carlyle, Blackstone, KKR, Apollo …), which have structures and / or funds domiciled in the country. The Brexit has created a major challenge for Luxembourg, as the country will have an opportunity to attract a maximum of the British market players as a consequence to the decision taken on 29 March 2017.

One of the potential consequences of the Brexit, which would see the United Kingdom leaving the single European market, would be the loss of the European passport to financial institutions that has so far enabled them to sell their products and services within the European Economic Area (EEA). It goes without saying that financial activities would be particularly affected by this loss and have already been impacted. Several investment funds have already relocated their activity in other European countries to keep the enjoyment of this European passport and continue to reap the benefits and transfer funds. Overall, the top five financial centers benefiting the most from Brexit are Paris, Luxembourg, Dublin, Frankfurt and Amsterdam. Paris and Frankfurt are focused on trading and investment banking, while Dublin and Luxembourg are specialized in investment funds and asset management. Singularly, Amsterdam is a well-known place for its technological know-how around fintech and its airport hub.

Brexit : convaincre les entreprises de choisir la France

Les Echos – 7 septembre 2018 :

Avec le Brexit, plusieurs entreprises basées au Royaume-Uni songent à quitter Londres. La France doit envoyer un signal fort aux multinationales en partance pour les convaincre de s’y installer.

Alors que les négociations sur le Brexit se présentent longues et difficiles, Michel Barnier a annoncé que le Royaume-Uni quittera définitivement l’Union européenne le 29 mars 2019. Dans ce contexte, des annonces de délocalisations d’entreprises basées à Londres vers d’autres pays européens ont déjà été faites. C’est le cas de la banque HSBC, qui a indiqué déplacer 1.000 emplois de Londres à Paris. Ces derniers éléments vont impacter le marché de l’immobilier d’entreprise en Europe et notamment en France où le Brexit peut apparaître profitable pour attirer les investisseurs.

En parallèle de l’annonce de la banque HSBC qui a choisi de renforcer sa présence en France, d’autres établissements financiers étudient sérieusement l’opportunité d’établir certaines de leurs activités à Paris. C’est le cas de la puissante banque d’affaire américaine Goldman Sachs , dont le CEO, Lloyd Blankfein, a indiqué dans un tweet en novembre dernier avoir été conquis par « l’énergie positive » de la ville. La capitale française a d’ailleurs été préférée à Dublin pour accueillir l’Autorité bancaire européenne, qui a dû quitter Londres pour cause de Brexit.

A l’heure du brexit, l’élargissement continue

Le Royaume-Uni devrait initier prochainement les négociations de ses modalités de sortie de l’Union Européenne. La chef de l’état britannique a annoncé qu’elle souhaitait débuter le processus de sortie fin mars 2017.

Cette actualité et ses conséquences négatives sur l’image de l’UE feraient presque oublier que la construction européenne se poursuit au travers d’un élargissement potentiel.

En effet, à l’heure des négociations de sortie britanniques, 6 pays sont toujours officiellement candidats à l’entrée dans l’UE. Si l’Albanie, la Bosnie-Herzégovine, et la Macédoine n’ont pas commencé les négociations, la Turquie, le Monténégro et la Serbie négocient leurs conditions d’entrée depuis respectivement 2005, 2012 et 2014.

Renforcer le lobbying européen

Les Echos – 27 avril 2017 :

À l’heure du Brexit et du Trumpisme, l’Europe et ses banques doivent protéger leurs intérêts dans les discussions avec le Comité de Bâle.

Depuis presque 10 ans, après une des plus grosses crises financières mondiales, les réformes réglementaires se succèdent à un rythme effréné et semblent commencer à porter leurs fruits. D’un revers de main, Monsieur Trump pense tout balayer. À l’heure où le cadre réglementaire de demain s’écrit, l’Europe se trouve face à ses responsabilités et doit apprendre à défendre ses intérêts.

Depuis novembre 2011, le FSB, Financial Stability Board, livre chaque année la liste des grandes banques systémiques. Il s’agit des célèbres banques « too big to fail », trop grosses pour tomber. Autrement dit, la faillite d’une de ses banques mettrait à mal le système bancaire international, mais également l’économie mondiale. Suite à la chute de Lehman Brothers et preuve à l’appui que leur taille n’est pas un rempart contre la faillite, elles doivent en réalité être d’autant plus surveillées. Dans la dernière liste publiée en novembre 2016 par le FSB, sur les 30 banques systémiques, dix sont américaines, 13 européennes et 7 asiatiques. À eux deux, l’Europe et les États-Unis représentent trois quarts du risque systémique mondial.

Brexit : la guerre des places financières

Les Echos – 7 octobre 2016 :

Le constat unanime du Brexit est que la City de Londres va perdre en influence et en ressources. Paris et Francfort ont tout à gagner.

Le rapprochement entre les bourses de Londres et de Francfort tombe mal dans le contexte du vote britannique sur le Brexit . Voulue par les actionnaires, la fusion de Deutsch Börse et du London Stock Exchange poursuit son processus en dépit du vote britannique. Créer un leader mondial des opérations de marché est en ligne avec leur vision globalisée des marchés et l’état de la concurrence américaine et asiatique. Néanmoins, le contexte actuel renforce les opposants à cette fusion, qui y voient une concentration excessive des activités de courtage. Les autorités européennes n’ont pas encore validé l’opération .

Le jour où l’Europe s’est libérée

Les Echos – 24 août 2016 :

La mythologie raconte qu’Europe avait été enlevée puis conduite sur une ile. Aujourd’hui, la Grande-Bretagne, qui a voté en faveur de la sortie de l’Union européenne, va-t-elle enfin la libérer ?

Le Royaume-Uni devrait-il rester membre de l’Union européenne ou quitter l’Union européenne ? « Leave » ou « Remain » telle était la question adressée lors du referendum britannique du 23 juin dernier. Une question en apparence simple sur laquelle pourtant de nombreuses personnes, Britanniques en tête, ont longtemps hésité – les conséquences étant aussi lourdes qu’incertaines.

Le Brexit ou l’art de faire comme avant

Les Echos – 23 août 2016 :

Aberrant, l’article 50 du Traité de Lisbonne abandonne le processus juridique de sortie de l’Union européenne au sortant. L’empressement n’est pas d’actualité : les haut-le-cœur politiques de la rupture étant passés, c’est maintenant l’heure de conserver patiemment les intérêts britanniques. L’Union européenne attendra : elle l’a voulu.

L’agenda de ces dames

Si les dirigeants des institutions européennes répètent en boucle combien le vote britannique est irréversible et le marché commun un tout non négociable, Londres et Berlin ont toutefois une lecture commune du contexte. Leurs économies sont très liées et leurs agendas politiques internes les poussent à une communauté d’intérêts. Theresa May va matérialiser le rêve des « Brexiters », mais elle hérite d’un Royaume-Uni en recomposition politique et dont la souveraineté économique est incertaine.

Brexit ou le commencement de la fin de l’Europe ?

Les Echos – 21 août 2016 :

La date du 23 juin 2016 restera gravée dans l’histoire de la Grande-Bretagne qui va de nouveau voler de ses propres ailes. De bon ou de mauvais augure, il est vrai que cette nouvelle a fait bouger les marchés financiers durant les jours qui ont suivi : la bourse de Tokyo a fermé en baisse de 8 % et la bourse de Paris a ouvert en baisse de 7,5 %. Quid de la réaction des marchés américains ?

Cette nouvelle remet également en cause le modèle de l’Union européenne qui en est fragilisé. L’UE perd un de ses pays fondateurs, une puissance économique majeure.