Les nouveaux jeux de pouvoirs politiques et financiers aux lendemains du Brexit

Les Echos : le 30 juin 2016 :

Après des siècles passés à unifier les pays composant le Royaume-Uni, et des siècles passés à former des alliances politiques, commerciales et financières avec ses voisins directs, jusqu’à intégrer l’Union européenne (UE), une part du Royaume-Uni (Angleterre et Pays de Galles) vient de décider de tourner la page.

Mais alors que le référendum est à peine sorti, et que les cendres de l’UE sont encore chaudes, de nouveaux accords commerciaux, économiques et financiers s’organisent déjà, pour prendre le pouvoir qui sera laissé derrière. Comment peuvent se décliner ces nouveaux jeux de pouvoir ?

Royaume-Uni : l’aléa souverain

Les Echos – 30 juin 2016 :

Tempête boursière, turbulences politiques et incertitudes sont le lot du récent « Brexit ». La Reine et la Patrie sont sauves, mais isolées. Le prix de cette indépendance est incertain et impose au Gouvernement britannique de reconsidérer les tenants et aboutissants de sa souveraineté économique.

Albion, l’orgueilleuse

L’Europe est un projet global d’association d’États, dont l’objet n’a jamais été d’être une seule zone de libre-échange. Ce n’est ni l’esprit ni la lettre des traités. Le projet européen n’avait pas le même sens de chaque côté de la Manche. Le « Brexit » clarifie les trajectoires. À bien des égards, il apparaît comme un piège épineux pour le Gouvernement britannique. Avant le vote, la souveraineté économique britannique a été discutée à Bruxelles en position de force : le nationalisme persévérant du UKIP a aidé David Cameron à alimenter la peur européenne de perdre une grande économie.

Livre sterling : une anomalie dans le referendum

Les Echos – 24 juin  2016 :

L’imminence du referendum britannique a dopé l’intérêt pour l’Euro et le dollar américain. Et pour cause, le risque d’effondrement de la Livre sterling n’est pas théorique. Sans exagérer les conséquences de ce risque, il est évident que l’économie britannique sera impactée globalement.

Livre sterling contre Euro : ce jeu de spéculation est le résumé du désaccord de fond qui se cristallise aujourd’hui dans ce referendum. Mais l’arbre cache la forêt…