Le prix du Bitcoin va-t-il s’envoler après le 3ème «halving» de son histoire ?

Le Revenu – le 09 mai 2020 :

Un moment crucial approche pour la plus célèbre des cryptomonnaies. D’ici quelques jours, la rémunération – en Bitcoin – des mineurs sera divisée par deux. Les deux dernières fois où cela s’était produit, en 2012 et 2016, le prix du Bitcoin avait initié une solide tendance à la hausse. Faut-il anticiper un scénario similaire en 2020 ? L’analyse d’Ismaïl Dabladji, consultant senior chez Square.

Le Bitcoin (BTC) a connu, depuis sa création par Satoshi Nakamoto, deux importants «halvings» qui ont déclenché une hausse du cours du Bitcoin.

Certains observateurs spéculent qu’il en sera ainsi pour le troisième halving prévu mi-mai 2020 pendant que d’autres pensent que ce ne sera rien de plus qu’un non-évènement.

C’est quoi le halving ?

Les mineurs de Bitcoin achètent du matériel informatique qui servira à sécuriser le réseau. En contrepartie du coût d’achat du matériel informatique et des coûts d’électricité engendrés pour faire tourner les machines, ils perçoivent une rémunération en Bitcoin lors de chaque transaction.

Cryptomonnaies et néo-banques, ou une possible symbiose pour la gestion des risques

Mindfintech – 27 septembre 2019 :

Lionel Lafontaine, consultant senior au sein du groupe Square, estime que les néo-banques pourraient jouer un rôle moteur dans la lutte contre le blanchiment et le développement de l’accès au marché des cryptomonnaies.

On assiste, aujourd’hui, à un mouvement de symbiose fort entre les cryptomonnaies et les néo-banques, qui laisse plutôt perplexe. En début d’année, l’ovni crypto-bancaire Hush, une cryptomonnaie dédiée au financement et au service d’une banque en ligne, disparaissait mystérieusement après avoir lancé son ICO (levée de fonds), ne laissant aux investisseurs que des espoirs déçus, des poches percées et un site web présentant le message suivant : « Hush is coming back soon ».

Toutefois l’association de ces univers (néo-banques et cryptomonnaies) n’est pas forcement si complexe, ni si décevante. Si les banques n’investissent pas dans les cryptos-actifs pour compte propre, elles agissent en tant qu’intermédiaire pour leurs clients et leur ouvrent des portefeuilles de crypto-monnaies. Ce service d’intermédiation est plutôt simple et offert par quelques acteurs. Certaines banques traditionnelles à l’étranger s’y sont mises (Maerki Baumann et la banque Falcon en Suisse) et les néo-banques se positionnent sur le créneau, Revolut en tête.