0 comments on “La transformation collaborative : un enjeu individuel”

La transformation collaborative : un enjeu individuel

Les Echos – 16 décembre 2016 :

Aujourd’hui le plus grand hôtel du monde ne possède aucune chambre et il s’appelle Airbnb ! Échanger son chez-soi le temps des vacances, partager son véhicule avec des inconnus, rédiger un article sur Wikipédia ou une critique d’hôtel sur un site de tourisme… les pratiques collaboratives entre individus ou entre individus et entreprises ne cessent de se multiplier autour de nous.

La transformation collaborative, concept hybride à la capacité de mettre des personnes en réseau pour mieux collaborer, se présente aujourd’hui comme un véritable acte de reconnaissance d’une société et d’une économie en pleine mutation.

0 comments on “Economie collaborative : origine et législation”

Economie collaborative : origine et législation

Le Journal du Net – 4 novembre 2016 :

Depuis plusieurs années, des entreprises innovantes à internationalisation rapide apportent sur le marché des innovations disruptives. Si la plupart d’entre elles sont d’ordre technologique, l’une s’est imposée comme un nouveau modèle économique : l’économie collaborative (ou participative).

Cela fait des décennies que nous parlons d’internationalisation, de mondialisation ou de globalisation. Il est même envisageable de considérer cette expansion comme inhérente à l’évolution humaine : de tout temps, l’Homme étend son territoire, se regroupe en communautés de plus en plus grandes, de plus en plus organisées. Les nouvelles technologies, la standardisation des procédés et l’abaissement des barrières des marchés ont rapetissé le monde. L’internationalisation n’est plus seulement l’apanage des sociétés fortement implantées sur leur territoire national mais s’offre à toute entreprise ambitieuse. De nouvelles sociétés audacieuses se lancent dès leur naissance vers des marchés extérieurs. Pour elles, la notion de frontière est relative. Ce qui importe c’est que les marchés ciblés soient semblables au marché domestique. Ces entreprises à internationalisation rapide sont surnommées les « Born Global ».