Le « pay per view » sauvera-t-il le foot français ?

Les Echos – le 04 février 2021 :

Faire payer les matchs de Ligue 1 et de Ligue 2 à l’unité, plutôt que sur abonnement, est une idée qui monte depuis le fiasco Médiapro et le flop du nouvel appel d’offres de la LFP. Cette solution est-elle viable ? Les réponses de Maxime Bonhomme, consultant chez Square.

Depuis plusieurs semaines les clubs de football professionnels français sont au coeur de la tempête depuis l’arrêt du paiement des droits télé par Mediapro et le flop du nouvel appel d’offres lancé par la Ligue de football professionnel. Lorsque l’on sait que ces droits représentent plus de 50 % de leurs revenus, leur santé économique et financière s’aggrave à mesure que le temps passe.

INNOVATION ET RÉGLEMENTATION : LA NOUVELLE VERSION DU PARADOXE DE L’OEUF OU DE LA POULE DANS LE SECTEUR BANCAIRE EN 2020

Economie Matin – le 02 novembre 2019 :

Qui ne s’est jamais posé cette question « Qu’est-ce qui est apparu en premier : l’œuf ou la poule ? ». Cette question qui reste pour l’instant sans réponse pourrait bien trouver concurrence dans le secteur bancaire et être remplacée par le paradoxe de l’innovation ou de la réglementation.
En effet, aujourd’hui, on peut être amené à se demander si c’est la réglementation qui pousse les acteurs bancaires et financiers à innover pour répondre aux exigences imposées ou si se sont ces acteurs qui imposent la mise en place de nouvelles réglementations pour cadrer les innovations de plus en plus nombreuses.

Pour essayer de répondre à la question « Qu’est-ce qui apparaît en premier : l’innovation ou la réglementation ? », prenons un exemple d’actualité : l’Openbanking (ici, l’innovation) et la DSP2, Directive sur les Services de Paiement (ici, la réglementation).

Les crypto-monnaies : le successeur du cash ?

The Next Media – le 12 juillet 2019 :

L’innovation et la digitalisation sont à l’origine de profonds changements dans nos habitudes et ont tendance à être désignées comme responsables de la disparition à venir du cash. Mais ce ne sont pas les seules. Les autorités ont elles aussi un rôle majeur dans le devenir de nos monnaies.

Une disparition du cash programmée par les autorités

Les transactions en cash posent un réel problème aux autorités en raison de leur manque de traçabilité et de transparence : qui est la personne à l’origine de la transaction ? Le bénéficiaire ? L’objet/le motif de la transaction ?
Cette opacité des transactions favorise le blanchiment d’argent, le financement du terrorisme ou encore la fraude fiscale. Ce sont justement ces risques que les autorités cherchent à maîtriser.
Le meilleur moyen pour les couvrir reste de limiter l’utilisation du cash et cela passe par la mise en place de mesures telles que l’abaissement du plafond de paiement en espèces à un professionnel (1000€ contre 3000€ auparavant), la déclaration obligatoire à la douane pour tout transfert à l’étranger de plus de 10 000 €, l’arrêt des billets de 500€.

Le Talk to Pay révolutionne les paiements en ligne

ITespresso – 20 octobre 2017 :

Le Talk to Pay représente une démarche à fort intérêt concurrentiel et un modèle qui doit encore faire ses preuves, selon Vertuo Conseil (Groupe Square).

Tout part d’un constat : simplifier les opérations de paiement tout en garantissant la sécurité des transactions. C’est ce que vient de réaliser La Banque Postale avec sa solution innovante de paiement en ligne par la voix.

C’est également le chemin que cherchent à emprunter d’autres banques, à commencer par la Caisse d’Epargne et le Crédit du Nord, qui sont actuellement en phase de test.