0 comments on “2020 : un nouveau départ pour l’Epargne-Retraite ?”

2020 : un nouveau départ pour l’Epargne-Retraite ?

Le Monde – le 16 août 2019 :

Est-ce que cette fois, c’est pour de bon ? 2020 va-t-elle être enfin l’année où l’Épargne-Retraite va décoller en France ? Beaucoup de professionnels, assureurs ou gestionnaires d’actifs se posent actuellement la question ; beaucoup en doutent cependant.

Rappelons les faits et les chiffres tout d’abord. L’Épargne-Retraite constitue une proportion minoritaire des placements des Français : avec 229 milliards€ d’encours, elle est très loin des 1682 Milliards€ de l’assurance-vie ; elle est même derrière l’Épargne Réglementée (733 milliards€) et les dépôts à vue (530 milliards€) . Plusieurs facteurs expliquent ce faible goût des Français pour les produits d’Épargne-Retraite.

En premier lieu, l’attractivité des produits concurrents : l’assurance-vie, du fait de son régime fiscal et de la possibilité de débloquer son épargne plus librement que sur l’Épargne-Retraite ; les produits d’Épargne Réglementée, qui bénéficient pour certains d’avantages fiscaux (le livret A) et qui constituent la première épargne de précaution ; les dépôts à vue enfin, qui voient leurs encours progresser fortement ces dernières années, comme si les Français avaient compris qu’en conjoncture de taux très bas, rien ne servait de placer son argent.

0 comments on “Quelle retraite pour les salariés français travaillant en Europe ?”

Quelle retraite pour les salariés français travaillant en Europe ?

Les Echos – 17 juillet 2017 :

La mobilité professionnelle participe à la dynamique du marché de l’emploi européen. Revue de détail de ce qu’il advient de la retraite d’un salarié français dans un contexte de mobilité européenne.

Aujourd’hui, l’Europe compte environ 4 personnes actives (16-62 ans) pour chaque personne âgée de plus de 63 ans . D’ici 2060, 2 employés actifs cotiseraient pour chaque personne retraitée. Ce changement démographique constitue un obstacle non négligeable pour les gouvernements de l’UE, concernant leur responsabilité ultime vis-à-vis des pensions publiques de sécurité sociale.

De plus, dans le contexte actuel de marchés financiers volatiles, de règles comptables complexes et de règlementations renforcées, les entreprises sont davantage conscientes des risques financiers associés à leurs régimes de retraite et sont en recherche active de nouveaux moyens d’en réduire les coûts et les risques.