Travailler moins, travailler mieux, le ‘slow-working’ est peut-être « la » solution pour vous

Le Huffington Post – 12 avril 2016 :

La boite mail qui déborde, les réunions qui se chevauchent, les objectifs à atteindre qui s’entrechoquent et cette impression que les journées sont trop courtes pour bien travailler : nous connaissons tous cette situation classique.

Classique oui, mais est-elle obligatoire ? Et est-elle justifiée, pour soi, comme pour l’entreprise ? L’entreprise peut-elle être gagnante à mettre en place un autre modèle ?

Que nous soyons récemment diplômés ou bientôt à la retraite nous semblons tous avoir admis nos rythmes de travail comme normaux ou du moins inéluctables.

Échec managérial, drame individuel, dérive de la société ? Rien d’inéluctable : cette situation peut changer, dans l’intérêt de tous. Une réflexion globale et des initiatives concrètes sont déjà engagées. Nous pouvons en regrouper une partie sous la bannière du slow-working.

Essayons donc de comprendre pourquoi le concept de slow-working est bel et bien un choix économique et intellectuel réaliste et pertinent pour l’individu comme pour l’entreprise.