Le Quantitative Easing en pratique – le cas du Japon, des Etats- Unis, du Royaume Uni et de l’Europe.

Le courrier financier – le 4 décembre 2020 :

Face à la crise du coronavirus, l’Union européenne a mis en place le Pandemic Emergency Purchase Program (PEPP) pour sauver certains Etats membres de la faillite. Quel rôle joue le Quantitative Easing (QE) dans ce programme de relance ? Quel bilan historique et économique pour cet outil financier ? Les explications de Cindy Carpentier, consultante Square.

Mille trois cent cinquante milliards d’Euros. C’est le montant que la Banque Centrale Européenne (BCE) a décidé d’allouer en 2020 à ses Etats membres pour leur permettre de faire face à la crise sanitaire qu’elle traverse. Ce nouveau programme, baptisé Pandemic Emergency Purchase Program (le PEPP), n’est autre que le petit frère d’un précédent programme de relance ayant vu le jour en 2015. Le PEPP vise à financer plus précisément certains Etats membres de l’UE menacés de faillite. Les pays du sud sont les premiers concernés, frappés de plein fouet au moment où leurs économies étaient déjà fragilisées.

Union Européenne : la fracture et la dette.

Finyear – le 29 juin 2020 :

La crise sanitaire actuelle touche durement et probablement durablement l’ensemble des membres de l’Union Européenne (UE), avec des disparités selon les pays. La gestion de cette dernière impose une réponse collective et immédiate pour l’endiguer, à la fois sur le plan sanitaire et économique. En effet, chaque pays membre a mis en place son propre dispositif pour soutenir et renforcer son système de santé, son économie… ce qui n’est pas sans conséquence sur son propre endettement. Ainsi, les conséquences de cette crise ne sont pas sans rappeler celle des dettes souveraines de 2010, qui avaient généré une profonde fracture idéologique entre « le Nord” et “le Sud” de l’UE, dans le choix des dispositifs à mettre en place pour la résoudre, notamment lors de la création du Mécanisme Européen de Stabilité.

Dans ce contexte particulièrement difficile, la frontière entre les pays du Nord et ceux du Sud de l’UE réapparaît vigoureusement, s’appuyant sur une profonde divergence idéologique. D’une part, les pays du Nord représentés par l’Allemagne, les Pays-Bas et l’Autriche qui prônent pour un fervent respect des règles et une gestion budgétaire rigoureuse, demandent des garanties pour la mise en œuvre des mécanismes d’urgence, afin de lutter contre cette pandémie. D’autre part, les pays du Sud, constitués entre autres de l’Italie, de l’Espagne et de la France affirment l’importance d’être solidaires pour soutenir les pays les plus fragilisés par cette crise.

Coronavirus : le défi d’une Europe plus forte, unie et solidaire.

Economie Matin – le 15 mai 2020 :

Le 9 mai, date anniversaire de la «déclaration Schuman», représente la journée de l’Europe et symbolise l’unité et la paix. L’Europe, à travers ses institutions (Commission, Banque Centrale, Parlement) a déjà agi massivement pour lutter contre la crise sanitaire et sauver l’économie (3 400 milliards d’euros ont été levés par les États membres et la Banque centrale européenne).
Cependant, son avenir demeure incertain. Comme l’indiquait solennellement Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie : «L’avenir de la zone euro et de l’Union européenne se joue dans la réponse que nous apporterons à la crise du coronavirus». C’est pourquoi l’Europe doit être plus unie et solidaire pour affronter cette crise.

De réelles avancées et une réaction encourageante…

BCE : quand politique monétaire et stabilité financière s’opposent

Le Courrier Financier – le 12 juillet 2019 :

Asset Management – Bulle de l’immobilier, explosion de la dette de l’état… En zone euro, les indicateurs économiques sont en berne. Comment politique monétaire et stabilité financière sont-elles devenues antinomiques ? Comment moderniser la politique monétaire européenne ? Morgan Teisset, Consultant senior pour le cabinet Groupe Square, et Aude Couderc, Project Manager chez Vertuo Conseil, partagent leur analyse.

Le 6 juin 2019, la Banque Centrale Européenne (BCE) annonçait qu’elle gardera ses taux d’intérêt historiquement bas 6 mois de plus, « au moins jusqu’au 1 er semestre 2020 ». Une annonce devenue courante depuis la crise des Subprimes de 2008. Rappelons les missions principales de la BCE : d’une part, définir et mettre en œuvre la politique monétaire de la zone euro. Et, sans préjudice à l’objectif de stabilité des prix, apporter son soutien aux politiques économiques, en vue de contribuer à la croissance. D’autre part, superviser le système bancaire européen et s’assurer du respect des réglementations qui pèsent sur les banques.