Chine-USA : Fin de 30 ans d’histoire entre coopération et compétition ?

Les dernières élections américaines ont vu la montée au pouvoir d’un champion de la classe ouvrière américaine. Bien qu’étant issu du monde des affaires, Donald Trump a promis à ses électeurs populistes une Amérique plus forte et plus riche, au travers d’actions contre la mondialisation et l’immigration. Les Etats-Unis, première puissance économique depuis des décennies, ont depuis été détrônés par la Chine. Le nouveau président américain dénonce cette situation comme provenant de l’incompétence des précédentes administrations à freiner l’avancée rouge sur le monde économique. Les hostilités sont lancées…

De grandes ambitions

Depuis sa campagne présidentielle, Donald Trump n’a cessé de clamer que l’Amérique est abusée de toute part par ses partenaires commerciaux internationaux. Il dénonce en particulier la Chine et le Mexique, à qui il attribue la balance commerciale déficitaire américaine. Pour l’une à cause de ses produits inondant le marché américain et l’autre, pour les délocalisations d’industrie vers un coût du travail plus faible. Il propose, pour y palier, de revoir tous les accords internationaux signés par les anciennes administrations, ainsi que la politique douanière et de réduire l’immigration pour sauvegarder les emplois américains.
Vers une autarcie à l’américaine ?

Élection de Donald Trump, Brexit… vers une déglobalisation ?

Les Echos – 16 décembre 2016 :

58 millions électeurs US ont voté pour Donald Trump… 17 millions d’électeurs anglais ont voté le Brexit.

2 décisions motivées par la crainte d’une ingérence extérieure invasive et stimulées par des discours populistes à la limite du rationnel. Néanmoins, le peuple a voté. Il a voté contre les préconisations des élites et des médias. Cet américain moyen que le monde entier méprise depuis quelques heures ou quelques mois. Mais pourquoi cette défiance voire cette animosité ?

N’est-ce pas la moindre des choses qu’un peuple puisse disposer de sa destinée et à ce titre choisir son leader ?

Élections américaines – Les chiffres sont-ils la vérité ?

Les Echos – 16 décembre 2016 :

Le 9 novembre 2016 dernier, l’élection de Donald Trump en tant que 45e président des États-Unis faisait mentir tous les pronostics présentés par les médias américains depuis des mois. Le revers est tel que plusieurs éditorialistes de grands quotidiens se sont retrouvés dans l’obligation de faire leur mea culpa.

Et les propos sont sans retenue : « les médias ont manqué un rendez-vous avec l’Histoire » selon Margaret Sullivan du Washington Post. Pour Jim Rutenberg, du New York Times, « La technologie […] et la modélisation sophistiquée des données n’ont pu sauver le journalisme américain ».